09262020Headline:

Côte d’Ivoire : Communiqué de presse GPS

Ce 8 janvier 2020, nous en savons un peu plus sur les événements qui se sont déroulés la nuit dernière à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) où sont détenus depuis le 25 décembre 2019, quinze de nos camarades de GÉNÉRATIONS ET PEUPLES SOLIDAIRES (GPS), parmi lesquels figurent 5 Députés couverts par l’immunité parlementaire et trois présidents de partis politiques d’Opposition, légalement constitués.

Selon les informations recueillies auprès des conseils des détenus arbitraires, le Député Alain Lobognon, Koné Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul et Traoré Babou ont échappé à une tentative d’extraction qui les ciblait.

En effet, appelés, dans la nuit du 7 au 8 janvier 2020, peu avant 23h à rejoindre le bureau du régisseur, ils devaient suivre des agents de la FRAP et du CCDO pour une destination inconnue, sur consignes verbales du Directeur des Affaires Pénitentiaires (DAP), le juge Coulibaly.

Leurs réclamations insistantes de parler à leurs avocats et à leurs familles, leur demande de voir un ordre écrit du DAP délivré au régisseur, ainsi que la demande de connaître leur destination finale, n’ont pu permettre à l’opération nocturne de connaître meilleur sort.

Le Délégation européenne de GPS tient à remercier tous ceux qui s’inquiètent du sort des camarades injustement et arbitrairement détenus et salue le professionnalisme du régisseur et des agents de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan. Sans eux, nul n’aurait certainement su ce qu’il serait advenu de nos camarades, au seizième jour de leur détention injuste et arbitraire, et sans procès.

La Délégation européenne de GPS, en attendant la réaction des avocats sur le même sujet, invite les pays amis de la Côte d’Ivoire, les chefs des États de la Cedeao, les autorités politiques et judiciaires ivoiriennes, ainsi que tous les députés de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire à mettre fin à cette situation qui defie toute compréhension de détention de citoyens ivoiriens qui demandent à jouir de leurs droits constitutionnels, politiques et judiciaires.

La Délégation européenne de GPS demande aux organisations internationales de protection des droits de l’homme et aux organisations ivoiriennes de droits de l’homme, notamment le Conseil national des droits de l’homme (CNDH-CI) à se saisir de cette situation de détention illégale et arbitraires d’Opposants ivoiriens.

Fait à Paris, le 8 janvier 2020

Pour la Délégation,

Habib SANOGO

Abidjantv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles