01202017Headline:

Cote d’Ivoire: comptable atrocement tué à Angré- la copine du comptable et son frère (enfants d’un haut gradé) dans le coup

Gansters2

Dans notre parution du jeudi 3 mars 2016, nous évoquions un crime crapuleux, commis dans la nuit du lundi 29 février au mardi 1er mars 2016, à la cité Sagecim, à Angré-8ème Tranche.

Et la victime, Gbogou Florent, 37 ans, était le comptable de la clinique médicale « Notre Dame de l’incarnation », sise à la Riviera-Palmeraie. L’homme avait été sauvagement tué à son domicile, par des individus qu’il semblait apparemment connaître. Vu que la porte de son appartement n’avait pas été défoncée. Et la nuit du crime, comme on l’indiquait dans notre parution, une jeune fille et un jeune homme avaient été aperçus, sortant du logis dans lequel le lendemain, on découvrira le corps, dans un état affreux, du pauvre Gbogou Florent. Et des témoins avaient même vu la fille, le jeune homme et un autre, monter à bord de la voiture de la victime et quitter les lieux au plus vite. Il s’agissait d’une Nissan de type « Infiniti », immatriculée 847 FH 01. Apparemment, l’affaire semblait dans la poche pour les tueurs. Gbogou Florent est mort, ils l’ont tué et avec l’heure tardive à laquelle les choses se sont passées, difficile d’avoir de leurs traces. Mais ces suppôts de Satan oublient que le sang humain ne se verse pas impunément. C’est la loi de la nature. C’est ainsi qu’une piste, une très bonne d’ailleurs, viendra s’ouvrir aux enquêteurs de la police. De fait, expliquent nos sources, le samedi dernier, soit le 5 mars 2016, les flics reçoivent une importante information de laquelle devrait certainement partir tout l’éclairage de cette affaire. L’information fait état de la présence du véhicule du comptable assassiné, au sein même de l’ancien camp militaire d’Akouédo. Les flics s’y rendent immédiatement. Et effectivement, le véhicule de Gbogou Florent y est. En dépit de la modification de la plaque d’immatriculation, le véhicule est parfaitement identifié. Mais qui l’a conduit jusque dans ce camp militaire ? Les enquêteurs ne tardent pas à le savoir. Ils remontent au jeune Joël D., étudiant et fils d’un colonel de l’Armée. On apprend que pour faire perdre toute trace du véhicule du défunt, il en a arraché la plaque d’immatriculation d’origine, pour placer la plaque d’immatriculation militaire des véhicules de son père. Joël D. est immédiatement interpellé. Interrogé, on apprend que la nuit des faits, sa sœur aînée avait rendez-vous avec Gbogou Florent, le comptable dont elle est la petite amie. Et elle lui a demandé de l’accompagner chez ce dernier, à la cité Sagecim, à Angré-8ème Tranche. Et c’est au moment où ils sortaient de l’ancien camp militaire d’Akouédo où ils habitent avec leur père, qu’ils rencontrent le nommé Ouattara, soldat de première classe et garde du corps d’une importante autorité militaire de l’Armée. Et une fois chez Gbogou Florent, après les civilités, sa sœur et son homme s’éclipsent dans la chambre de ce dernier. Les laissant dans le salon. Toujours, au dire de l’étudiant, le militaire Ouatarra qui tombe d’admiration devant l’impeccable décor de la maison, conclut que Gbogou Florent doit être pleins aux as. Sur ce, il entre dans l’une des chambres réservée sans doute aux visiteurs.

Lire aussi: Côte d’Ivoire – un jeune comptable atrocement tué a couteau à Cocody- Angré

Le crime de Gbogou Florent…son aisance financière

Il la fouille et fait main basse sur une importante somme d’argent et des téléphones-portables. Dis donc, si la chambre des visiteurs renferme de tels biens, qu’en sera-t-il alors de la chambre principale ? Il doit certainement y avoir du « blé » à faire languir. Alors, Ouattara se munit d’un gourdin et pénètre soudainement dans la chambre du comptable. Ce dernier, surpris, ne peut alors se défendre. Sous les yeux de sa petite amie, le soldat, accompagnateur de cette dernière, lui fracasse la tête avec le gourdin, avant de l’achever de plusieurs violents coups de couteau de cuisine. Après s’être ensuite nettoyé les mains dans le lavabo de la salle de bains des visiteurs, le soldat revient dans la chambre principale où le maître des lieux, sans vie, est étalé sur son lit. Ouattara cherche et trouve une importante somme d’argent dont il s’empare une fois de plus. Sans compter l’ordinateur-portable et les téléphones-portables du mort. Cela fait, tous les trois, à bord de la voiture de la victime, disparaissent des lieux, pour l’ancien camp militaire d’Akouédo. En clair, pour l’étudiant, c’est le militaire qui a tout fait, tout seul. Mais alors, si tant est-il que le coup n’a pas été planifié ensemble, comment peuvent-ils se retrouver à trois chez le comptable, là où n’était attendue que sa sœur ? Et une fois au camp militaire, pourquoi sa sœur aînée et lui n’ont-ils pas alerté les forces de l’ordre si d’après Joël, lui et son aînée n’ont rien à voir dans l’affaire ? Et pourquoi a-t-il tenté de faire perdre les traces du véhicule de la victime, en arrachant sa plaque d’immatriculation, pour apposer une plaque d’immatriculation de l’Armée ? En tout cas, la police doute de la véracité des propos du jeune homme. Il est donc question, pour faire toute la lumière sur cet odieux crime, d’appréhender tous les suspects dans cette affaire. C’est ainsi que le même jour, est mis aux arrêts, le militaire Ouattara que l’étudiant accuse d’avoir exécuté tout seul le comptable. Manque alors un élément de la bande suspectée. En l’occurrence, la sœur de l’étudiant et amante de Gbogou Florent. Mais au moment où cette dernière devrait être interpellée à son tour, elle pique, sous le choc, une crise d’asthme, qui ne la met, toutefois, pas hors de cause. Évacuée dans un hôpital de la place, elle y est sous haute surveillance policière. Le temps de la remettre sur pied, pour savoir le rôle exact qu’elle aurait pu jouer dans l’assassinat de son amant. On attend donc que la vérité éclate dans ce crime qui révolte les parents et l’entourage du défunt.

Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment