01172022Headline:

Côte d’Ivoire/ Conférence de presse du Premier ministre : le décryptage de Fernand Dédeh

La toute première conférence de presse “Bilan” du premier ministre ivoirien depuis sa nomination S’est tenue hier lundi 08 novembre 2021. Le Premier ministre Achi Patrick a évoqué 5 axes sur lesquels il agira au cours de son mandat. A l’issue de la rencontre le journaliste Fernand Dédeh a tenu à apporter des observations pertinentes sur la rencontre dans une épître à Zouzoua Inabo .

À Barthelemy Zouzoua Inabo: Pas de surprise. Le Blanc de la Mé avait préparé son Grand oral devant la presse. Il a passé haut les mains, sa thèse. Il n’a fâché personne, dans son propre camp comme dans l’opposition. Les grands chantiers du gouvernement, le développement du secteur privé, l’assurance aux souscripteurs des logements sociaux, le PS-Gouv 2, la reprise du dialogue politique , la sécurité, Pandora papers… JPA s’est voulu incisif, pédagogue, convaincant et rassurant.
Il savait bien que certaines questions qui fâchent ou gênantes n’allaient pas manquer. Par exemple sur les Pandora papers ou sur son positionnement dans son groupement politique en prévision de 2025. Sur ces sujets, il était prêt. Pas pour la polémique. Mais pour mettre les rieurs de son côté. Pandora papers? « On ne cherche pas là où il n’y a rien. Qu’on me laisse faire le travail que le président m’a confié. ». Sur le RHDP: « Les conclusions du comité de restructuration sont attendues. La vision du RHDP est celle du président ».
Le rapport avec l’opposition? Il s’est félicité de l’apaisement sur la scène politique, avec notamment la participation de l’opposition aux législatives du 6 mars 2021. Devant la Nièce de la République, devant les membres du gouvernement et les invités spéciaux de la Primature, il a eu des mots à faire chavirer le cœur de ton Camarade: « Les actes qui ont été posés par le président de la République sont exceptionnels. Le dialogue politique ne s’est jamais arrêté. Il a la main tendu, le cœur ouvert. Il m’a instruit de reprendre dès décembre, le dialogue politique. ». Des rapports avec le Bombardier 87, le Bouddha de Daoukro, « tout le monde sait que j’ai appartenu au Pdci et après, nous avons eu des divergences de vues qui m’ont amené à aller avec le Président Alassane Ouattara dans ce processus de création du nouveau parti qui est le Rhdp auquel j’appartiens entièrement aujourd’hui. Donc je ne suis plus au Pdci mais nous ne sommes pas des ennemis. Je suis allé à Daoukro pour les obsèques de Konan Henri, son neveu… ».
Bref, au niveau politique, JPA n’a pas ouvert de front.
Au plan social, il a pris un engagement fort devant les souscripteurs des logements sociaux: « personne ne sera laissé pour compte. Ce projet sera conduit jusqu’au bout. Jusqu’à ce que le dernier souscripteur ait reçu son logement. ». Il y a aussi la promesse du programme social du gouvernement, PS-Gouv 2 dans les prochains mois.
En 200 jours à la tête du gouvernement, JPA n’a pas inventé l’eau chaude. Mais il a de l’ambition, de l’énergie à revendre. Il nourrit un rêve. « Demain, face aux enjeux de notre croissance démographique, qui va faire passer notre population de 26 à 36 millions d’habitants en 10 ans ; face à des facteurs d’exigences, comme le terrorisme au Sahel ou la célérité du changement climatique, la Côte d’Ivoire ne doit pas dévier de sa route de redressement, de prospérité et d’unité. ».
Une note de satisfaction pour les hommes du Sport, les infrastructures de la CAN2023 figurent au nombre des chantiers prioritaires de la croissance du pays. Tout comme le lancement du projet des champions nationaux. Parce que la conviction de JPA est établie: le développement du secteur privé est nécessaire. Il est le principal créateur d’emplois dans un pays. Pour cela, il faut mettre en place le dispositif fiscal nécessaire, payer les dettes des entreprises et ses fournisseurs de l’Etat et lutter efficacement contre la corruption.
Mauvaise note à cette conférence de presse: les premières places de l’Auditorium de la Primature envahies par les officiels. Les journalistes concernés au premier chef, installés à l’arrière. C’était bien une conférence de presse. Pas un conseil des ministres-bis. Ou une déclaration de politique générale à l’assemblée nationale!

Sapel

Comments

comments

What Next?

Related Articles