05232017Headline:

Côte d’Ivoire /Congrès annoncé du Rdr: Ce qui n’a jamais été dit sur ….

Côte d’Ivoire /Congrès annoncé du Rdr: Ce qui n’a jamais été dit sur les probables successeurs d’Amadou Soumahoro

La date du 3ème congrès ordinaire du Rassemblement des républicains (Rdr) n’est pas encore connue. Pour l’heure, on sait qu’en prélude à ces assises, des pré-congrès régionaux auront lieu du 27 au 30 avril 2017.

Par ailleurs, il est, de plus en plus, question du retour officiel d’Alassane Ouattara à la tête du parti. Bien de cadres du Rdr en parlent. Publiquement. La Constitution de la 3ème République, contrairement à la précédente, ne dresse pas d’incompatibilité entre la fonction de chef de l’Etat et celle de président de parti. Rien n’empêche donc le numéro 1 ivoirien de reprendre, officiellement, sa « chose »…

Quid alors du prochain Secrétariat général du parti ? A ce niveau, aucun cadre n’a, pour l’instant, clairement affiché ses ambitions par une déclaration de candidature. Toutefois, des noms de cadres reviennent, de façon récurrente, qui pourraient succéder, lors de ce 3ème congrès ordinaire, à l’actuel Secrétaire général par intérim, Amadou Soumahoro. 

Des militants et cadres du « parti à la case », réagissant, au téléphone, pendant le week-end pascal, à un article paru dans notre publication du jeudi 13 avril 2017 sur le sujet, ont donné d’autres précisions sur les probables successeurs d’Amadou Soumahoro dit « Tchomba » qui pourrait être appelé, a-t-on appris, à un autre poste de responsabilité. En plus des deux noms (Kafana Koné et Cissé Bacongo) évoqués dans notre papier titré : « Prochain congrès du Rdr/ La bataille du Secrétariat général a commencé/ Ceux qui sont pressentis pour occuper le poste », nos interlocuteurs ont cité aussi Adama Bictogo. 

Dans les conversations, nous avons amené nos sources à aborder, outre les qualités des probables futurs Secrétaires généraux du Rdr, leurs défauts ou handicaps. 

Détails…

Gilbert Kafana Koné est présenté comme un cadre qui pourrait occuper ce poste hautement stratégique. Ancien ministre d’État, ministre de l’Emploi, des affaires sociales et de la solidarité, actuel député-maire et président de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (Uvicoci), on met en avant sa fidélité et le combat politique qu’il représente et qui lui vaut le surnom de « Mandela » chez les républicains ivoiriens. 

Cependant, des cadres et militants le rendent directement responsable, en sa qualité de Secrétaire général adjoint (Sga) chargé de l’organisation, du « désordre » qui prévaudrait au sein du parti comme l’attesterait, entre autres cas, l’existence de deux sièges du Rdr à Bondoukou. On trouve aussi qu’il est d’une « extrême rigidité dans sa manière de gérer les rapports avec les cadres et les militants ». 

On dit de lui qu’il ne respecte pas les statuts et règlement intérieur du parti. Et qu’il n’a pas le sens de la contradiction ou du débat contradictoire. 

En plus de Gilbert Kafana Koné, le nom de l’ex-ministre de l’Intégration africaine, Adama Bictogo, est revenu au cours de nos échanges. 

La question qui divise…

Appelé affectueusement le « diamant noir », Adama Bictogo est le Président directeur général (Pdg) du groupe Snedai. Secrétaire général adjoint (Sga) du Rdr chargé des questions et mouvements politiques, et Président du comité d’organisation (Pco) des pré-congrès du parti d’Alassane Ouattara, l’actuel député d’Agboville commune est présenté comme un cadre dynamique et généreux. 

Autre atout majeur : sa proximité avec le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly. Mais de l’avis de certains militants et cadres, la gestion de ses entreprises ne lui permettra pas de consacrer le temps nécessaire à la direction efficace du parti dans la perspective des enjeux de 2020.

Par ailleurs, on lui reproche « un certain équilibrisme » entre le Rdr et les régimes qui se sont succédé avant l’arrivée d’Alassane Ouattara au pouvoir d’Etat. Ainsi, on rappelle sa présence auprès de feu le général Guéï et ses rapports étroits avec Laurent Gbagbo et feu Désiré Tagro quand ils étaient au pouvoir. 

Outre ces deux cadres, le nom de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique puis de la Fonction publique et de la réforme administrative, Cissé Ibrahim Bacongo (CIB), a été cité plusieurs fois par nos interlocuteurs. Directeur de cabinet de feu Djéni Kobenan, Directeur de cabinet adjoint d’Alassane Ouattara dans l’opposition, Porte-parole du Rdr dans les moments de braise, de nombreux militants de base et cadres du Rdr disent le soutenir. 

Ils trouvent cet universitaire généreux, dynamique et courageux. L’actuel député de Koumassi est présenté par ceux avec qui nous avons échangé, comme celui qui peut porter la contradiction à  n’importe quel adversaire du Rdr. « Il a le verbe haut pour porter haut la voix du Rdr. Son choix sera judicieux comme Secrétaire général dans le contexte dans lequel, nous nous trouvons », soutient un « éléphant » du Rdr. « Mais, il traîne comme un boulet, son indépendance d’esprit qui pourrait être un handicap majeur si la haute direction du parti a besoin d’un homme docile », fait savoir un Secrétaire départemental du Rdr. 

Pour sûr, le choix d’Alassane Ouattara, véritable chef du Rdr, sera déterminant dans la désignation du prochain Secrétaire général (Sg) de son parti. Sera-t-il nommé comme cela a toujours été le cas jusqu’à maintenant ou élu au même titre que son président ? La question continue de diviser au sein de « la case ». Certains souhaitent que le Sg continue d’être nommé par le président du parti. D’autres veulent, au contraire, qu’il soit élu. En tous cas, les deux camps opposés ne manquent pas d’arguments.

linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment