10232017Headline:

Côte d’Ivoire /Cours de mercredi/ Le taux de réussite au Cepe donne raison aux instituteurs

Les résultats du Certificat d’étude primaire élémentaire (Cepe), session 2017, sont connus depuis le samedi 17 mai dernier sur toute l’étendue du territoire national. Pour cette année académique, le taux de réussite s’élève à 80, 98% contre 83,33% l’année dernière. Soit une baisse de 2,35% nonobstant les cours de mercredi imposés par la ministre de l’Education Nationale, Kandia Kamissoko Camara.

En début d’année scolaire 2016-2017, les instituteurs peinaient encore à se remettre de la décision du ministère de l’Education Nationale, de rendre obligatoire les cours de mercredi. Grève, menace d’exclusion, tels sont autant de situations déplorables que l’on a eu à observer au cours de cette année académique.

«Ce n’est pas du travail supplémentaire qu’on leur demande », répondait Kandia Camara aux enseignants qui exigeait en retour une compensation.

Pour la ministre, Le nouvel emploi du temps scolaire est une manière pour la Côte d’Ivoire de se mettre ‘‘aux normes internationales’’, qui exigent 1000 heures de cours par an. Mieux, il réserverait, à l’en croire, « une plage journalière aux élèves en difficultés ».

Cependant, force est de constater une chute de 2, 35%  du taux de réussite aux derniers examens aux Cepe par rapport à l’année académique 2015- 2016, au cours de laquelle la mesure n’était pas encore effective.

La grande question aujourd’hui est de savoir si c’est le nombre d’heures d’enseignement qui peut le relever le niveau d’un élève ou plutôt un enseignant qualifié et conscient de sa responsabilité vis-à-vis- de l’éducation des élèves ? Autrement dit, Kandia Camara n’a-t-elle pas donné raison aux enseignants du primaire ?

Madame la ministre devrait s’atteler à renforcer les capacités des enseignants du primaire, première étape véritable de la formation des élèves plutôt que d’imposer des réformes.

Toutefois, il est important d’inviter les enseignants à se conformer aux instructions de leur supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public.

Par ailleurs, c’est l’occasion d’attirer l’attention du gouvernement et plus singulièrement du président de la République, Alassane Ouattara, sur la suppression des moyennes de passage en classe supérieure qui n’est pas de nature faire évoluer l’Education en Côte d’Ivoire.

autre presse

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment