10222017Headline:

Côte d’Ivoire: Crainte de voir leur argent partir en fumée, les clients des agrobusiness manifestent à Abidjan

Côte d’Ivoire: Crainte de voir leur argent partir en fumée, les clients des agrobusiness manifestent pour la première fois à Abidjan

Plus le temps passe et plus l’espoir de revoir leur argent disparait. Réunis en syndicat (le Syndicat des Investisseurs Indépendants de l’Agro Business en Côte d’Ivoire,SIIABCI, ndlr), les clients des 27 entreprises d’agrobusiness visées par la police économiques, aux comptes gelés depuis début janvier ont, lundi, manifesté leur colère pour la première fois.

En effet, sous la pluie et dans un contexte de grève des fonctionnaires et de blocages d’axes par des militaires en colère, une centaine de personne s’est rassemblée au tribunal de première instance du plateau à Abidjan comme constaté sur place par KOACI.COM.

L’objectif était de faire entendre les revendications portant essentiellement sur le dégel des comptes et la libération des chef d’entreprises incarcérés, «afin de leur permettre de travailler et honorer leurs engagements contractuels», depuis le début de l’enquête et la dissolution du groupe de travail sur l’Agro-Business (GTA).

La validation des conclusions d’un rapport de ce dernier, jugé «faux, calomnieux et sans aucun fondement», représenterait un «risque» qui, selon le syndicat, pourrait entrainer «des mouvements sociaux à longue durée dans le pays».

Le SIIABCI considère que le rapport du GTA traduit uniquement l’inquiétude du secteur bancaire qui considère l’agrobusiness comme un concurrent et souhaite la constitution d’un nouveau GTA comprenant, les représentations des sociétés de l’agrobusiness (Le SYNAPABCI et APEFPCI), les représentations des investisseurs indépendants (Le SIIABCI et l’ASM), le ministère de l’agriculture, le CNRA et enfin le trésor public.

Des responsables du mouvement ont été reçus par le procureur Adou, à l’origine du dossier, qui leur a signifié que la procédure était en cours et qu’il ne pouvait faire, de fait, autre commentaire.

Amy Touré, Abidjan

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment