05292017Headline:

Côte d’Ivoire: Crise post-electorale, Michel Gbagbo repond à Ouattara après son discours du 1er mai/ ce que révèle le fils de Gbagbo

michel gbagbo interview

Côte d’Ivoire: Crise post-electorale, 300 personnes inculpées portées disparues depuis 2011, révèle Michel Gbagbo

–Le discours du chef de l’Etat AlassaneOuattara lors de la célébration de la fête du travail le 1er mai dernier concernant les prisonniers de la crise post-electorale suscite des réactions.

Après notre article relatif aux militaires et policier détenus depuis cinq ans à la Maison d’arrêt et de Correction d’Abidjan (Maca ) ,Michel Gbagbo a tenu à apporter un additif en révélant à KOACI , d’abord que, à la date du 30 mars 2016 , 250 personnes étaient encore détenues dans les prisons , et que 300 autres inculpées suite à la crise post-electorale de 2011, étaient jusqu’à ce jour portées disparues .

« La déclaration du présidentOuattara est erronée et malhonnête », nous indiqué d’entrée le fils de Laurent Gbagbo, avant de poursuivre.

« D’abord lacrise post-électorale existe toujours. Il a toujours dit qu’il ne se mêlait pas des affaires de justice. Alors d’où détient-il l’information qu’il n’y a plus de prisonniers depuis sa prestation de serment en mai 2011 ? A-t-il interrogé avant de révéler.

« A la date du 30 mars 2016, 250 personnes étaient encore détenues dans les prisons. La plupart suite à la crise post-electorale. Plus grave, 300 personnes qui ont été inculpées et placées sous mandat de dépôt depuis 2011 sont portées disparues. Mêmes leurs familles n’ont plus de leurs nouvelles. Le président peut –il nous dire que sont-elles devenues ? Je pense que ce genre de déclaration prouve une fois de plus que nous avons affaire à un chef incompétent, qui n’est pas digne à être à cette place », a conclu le secrétaire en charge des prisonniers politiques au Front Populaire Ivoirien (FPI).

Pour rappel, devant les syndicats des travailleurs le chef de l’Etat a déclaré ceci : « Selon tout le décompte qui a été fait et en relation avec l’opposition, il n’y a plus de prisonniers de lacrise post-électorale  dans les prisons. Je veux que vous le sachiez et que cette intoxication arrête. Nous définissons lacrise post-électorale  comme ayant pris fin à l’occasion de ma prestation de serment en mai 2011. Toutes les personnes arrêtées dans ce cadre, à l’exception de trois ou quatre pour lesquelles il y a des crimes graves, ont été libérées. »

Donatien Kautcha, Abidjan

koaci

 

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment