12112016Headline:

Côte d’Ivoire-De l’extérieur comme à l’intérieur, la sécurité inquiète -Ce que Ouattara attend des ambassadeurs

ouattara pensif

Les ex-combattants inquiètent

C’est l’une des préoccupations en cette année électorale. Le phénomène des ex-combattants gêne considérablement le pouvoir d’Abidjan ainsi que la communauté internationale. « Situation sécuritaire en Côte d’Ivoire : l’ONU fait de graves révélations sur les ex-combattants », indique Soir Info à sa Une. « C’est un élément qui a été mis en ligne, jeudi 23 avril 2015, sur le site internet de BBC Afrique. Il indique que le rapport a été lu, mercredi 22 avril 2015, devant le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (Onu) qui souligne que la sécurité s’installe positivement en Côte d’Ivoire. Le document reconnaît l’engagement politique des autorités ivoiriennes, tout en relevant quelques ratés observés dans la mise en œuvre des différentes réformes notamment dans le processus du Désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion (Ddr). « Le rapport des experts du Conseil de sécurité sur le pays, révèle que 3000 à 5000 ex-combattants non enregistrés ivoiriens détiennent encore des armes et des uniformes, et ne sont pas inscrits dans le processus de désarmement, démobilisation et réinsertion (Ddr) », apprend le site d’informations. « 18 000 autres sont jusque-là introuvables. Ce qui ne permettra pas au gouvernement de Côte d’Ivoire d’atteindre les objectifs du Ddr à la date du 30 juin 2015, signalent les auteurs du document », ajoute le texte », fait savoir le journal.

De son côté, Notre Voie estime que ce rapport onusien est un désaveu pour le président ivoirien. « Menace sur la sécurité des Ivoiriens : 18.000 ex-rebelles armés dans la nature », titre le journal à sa Une. « Avec ce rapport, il apparaît clairement que l’ONU ne croit pas un seul mot des promesses présidentielles », commente le quotidien proche du FPI.

L’Inter , pour sa part, penche sur un autre phénomène très proche de ce lui des ex-combattants. Il s’agit de la question des chasseurs traditionnels ‘’Dozos’’. « Ouraga Obou charge les Dozos », peut-on lire en manchette du journal. « Il faut que les Dozos regagnent leur site traditionnel », a conseillé l’ancien membre du Conseil Constitutionnel.

Ce que Ouattara attend des ambassadeurs

 

Alassane Ouattara souhaite un changement de pratiques chez certains ambassadeurs ivoiriens. Il l’a indiqué lors de la 3è Conférence des Ambassadeurs qui s’est ouverte hier, fait savoir L’Expression. « Diplomatie : Ouattara met en garde les Ambassadeurs », barre le journal à sa Une. « A propos de vos prises de position unilatérales dans les enceintes multilatérales, je souhaite qu’il soit mis fin aux déclarations unilatérales qui ont quelque fois causé des désagréments à notre diplomatie », a indiqué le président ivoirien.

Pour sa part, Fraternité Matin écrit à sa Une que le chef de l’Etat « veut une diplomatie proactive et soucieuse du genre ». « Je veux une diplomatie proactive et soucieuse du genre. Une diplomatie plus en phase avec les réalités du d’une monde moderne », a indiqué Alassane Ouattara ».

Mama se prépare

Autre sujet fort de l’actualité politique, les différents évènements au sein des partis politiques. Du côté de la coalition au pouvoir, on prépare activement la cérémonie d’investiture d’Alassane Ouattara prévue le samedi 25 avril 2015. « Demain le grand jour ! », titre à sa Une Le Patriote. Proche du parti présidentiel, le journal fait savoir que « tout est fin prêt » pour cette cérémonie où sont annoncés 200.000 personnes. Du côté des proches de Laurent Gbagbo, on en est plutôt à la préparation du Congrès du ‘’FPI version Sangaré’’. Prévu à Mama, cette cérémonie qui veut aboutir à l’élection de l’ancien président ivoirien à la tête du FPI va « drainer un monde fou pour un rendez-vous historique », selon Lg Infos.

Linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment