12102019Headline:

Côte d’Ivoire / Défense : le Rpci-ac appelle les autorités ivoiriennes à faire « toute la lumière sur les escadrons de la mort »

Dans une déclaration faite depuis Zurich (Suisse), Christian Vabé, le président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire alternative crédible (RPCI-AC), a appelé les autorités ivoiriennes à faire « toute la lumière sur les escadrons de la mort ».

Cette demande intervient après des révélations du Professeur Franklin Nyamsi, un très proche parmi les proches de Guillaume Soro.

Les graves accusations du Professeur Franklin Nyamsi

Christian Vabé, président du rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire alternative crédible (RPCI-AC), a demandé lundi au pouvoir d’Abidjan de faire toute la lumière sur les fameux escadrons de la mort, une unité criminelle qui a sévit sous le régime FPI.

On lui attribue la mort de plusieurs opposants et de personnalités gênantes comme le comédien H.

Christian Vabé s’appuie sur une révélation du Professeur Franklin Nyamsi, un politologue pro-Soro. Celui-ci accuse le ministre des Affaires présidentielles Birahima Ouattara dit Photocopie, petit frère du Président de la République Alassane Ouattara, d’être le commanditaire des escadrons de la mort en Côte d’Ivoire. Si les confidences d’un farouche opposant du pouvoir (qui l’a récemment vomi avec son patron Soro) ne doivent pas passer pour paroles d’évangile, Christian Vabé souhaite tout de même, par bon sens, que le concerné s’explique, voire plus.

« Monsieur le Président Alassane Ouattara, vous n’avez pas d’autre choix que de vous défendre »

Devant la gravité des accusations, le RPCI-AC exige que « toute la lumière soit faite sur les escadrons de la mort en Côte d’Ivoire, car il s’agit de graves violations des droits de l’homme » ; que le ministre Birahima Ouattara s’explique « sans délai devant la nation, suite à ces graves accusations du professeur Franklin Nyamsi » et qu’il présente sa démission immédiate. Tout en rappelant que l’ex-président Laurent Gbagbo et son épouse Simone Ehivet Gbagbo avaient gagné leurs procès en France, concernant cette affaire, le RPCI-AC interpelle directement le Chef de l’Etat.

« Monsieur le Président Alassane Ouattara, pour la manifestation de la vérité, vous aussi et votre frère le Ministre Birahima Ouattara n’avez pas d’autre choix que de vous défendre, car il s’agit là d’accusations d’une extrême gravité ».

Par ailleurs le RPCI-AC demande « la dissolution du ministère des Affaires présidentielles et « des Escadrons de la mort », si elles sont encore actives.

A la place de toutes ces demandes expresses, le RPCI-AC risque plutôt de voir une convocation adressée au professeur Franklin Nyamsi et peut-être un procès intenté contre lui pour diffamations et fausses accusations.

Lire sue ivoirebusinesse

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment