03242017Headline:

Côte d’Ivoire/ Délai de distribution des cartes d’électeur encore Prolongé / Une décision qui viole le code électoral

togo bureau de vote

Les populations ont désormais jusqu’au 24 octobre 2015 pour retirer leurs cartes d’électeur. Une dernière chance a été, en effet, offerte aux retardataires de venir chercher ce précieux document.

En décidant, samedi dernier, de la prolongation de la date de retrait des cartes d’électeurs, la Commission électorale indépendante( Cei) prend des libertés par rapport au texte régissant les élections en Côte d’Ivoire. En clair, le code électoral a été violé en son article 15 nouveau. De fait, ledit article dispose : « La distribution des cartes d’électeurs s’achève au plus tard 8 jours avant le scrutin. Ces cartes sont délivrées sur présentation d’une pièce d’identité »( loi n°2015-216 du 02 avril 2015). C’est sûrement par souci de respecter ce délai, imposé par le code électoral, que la date limite pour le retrait des cartes d’électeur avait été fixé au samedi 17 octobre 2015. Or, voilà que ce délai vient d’être prorogé par la Cei. Certes, la décision a été prise après concertation avec l’ensemble des candidats engagés dans le scrutin présidentiel et à la demande de plusieurs d’entre eux. Mais, en accédant à leur requête, Youssouf Bakayoko et son équipe piétinent le code électoral, qui tient pourtant lieu de boussole au processus électoral. On avait pensé qu’ils ne se risqueraient pas à franchir ce pas, au mépris des textes encadrant le jeu électoral, vu que certaines personnalités de cette institution avaient laissé entendre que le code électoral le leur interdisait. L’exemple de ce cadre de la Cei qui a balancé ce post sur facebook le vendredi 16 octobre 2015, à 17h20 : « Pas de prorogation pour le retrait des cartes d’électeur car le code électoral en son article 15, nous fait obligation de suspendre cette opération 08 jours avant le jour du scrutin. La date butoir est donc ce samedi 17 octobre 2015 à 20h. Merci pour votre compréhension ». Finalement, le code électoral a été violé, puisque la Cei s’est ravisée et a décidé de la prolongation. Quelles qu’en soient les raisons, ce premier pas sur le chemin de la violation du code électoral est un mauvais signal. D’autant qu’il ouvre la porte à d’autres tentations de piétiner le même texte au risque d’exposer le processus électoral à des dérapages.

Assane NIADA

 

Soir Info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment