10212017Headline:

Cote d’Ivoire: Des démobilisés bloquent le corridor Nord pour revendiquer “nos 18 millions FCFA”

Image d’archives

Menace sur les Jeux de la Francophonie-Des démobilisés : « Sans nos 18 millions FCFA, pas de Jeux de la Francophonie », la police use de gaz lacrymogènes

Bouaké – Des démobilisés ont envahi le corridor nord pour revendiquer, disent-ils, se faire payer en espèce, 18 millions FCFA.

Dissension au sein des démobilisés dont une cinquantaine de membres a occupé durant 1h de temps, le corridor Nord de Bouaké (route de Katiola) pour y manifester et exiger le paiement par le gouvernement, disent-ils de 18 millions FCFA pour « avoir rendu service à la nation » en contribuant à la rébellion qui a, en fin de compte, contribué à chasser du pouvoir Laurent Gbagbo.

Devant cet acte de trouble à l’ordre public, Amadou Ouattara, le porte-parole de la cellule 39, regroupement des premiers ex-combattants démobilisés issus de l’ex-MPCI et non réintégrés, a condamné cet acte. Il a, selon nos sources, entrepris sur place la médiation pour ramener ses camarades à surseoir à leur manifestation. Refoulé et devant son échec de médiation, la police n’avait d’autre choix que d’intervenir.

Des gaz lacrymogènes ont servi à libérer le corridor et rouvrir le trafic.

C’est Aboudou Diakité, le vice-président des démobilisés de Bouaké, qui avait ce vendredi menacé de troubler les Jeux de la Francophonie si l’Etat ne leur reverse pas 18 millions FCFA, là où le gouvernement leur propose des projets dont ils ne veulent pas entendre parler.

Joint par PoleAfrique.info, Aboudou Diakité a reconnu être à la base de la manifestation du corridor nord, dispersée par les forces de l’ordre mais prévient que ce n’est qu’un début jusqu’à satisfaction de leurs exigences. Avant d’insister sur le fait que « sans nos 18 millions FCFA, pas de Jeux de la Francophonie en Côte d’Ivoire ».

« Nous avions pris, mes éléments et moi, le corridor Nord jusqu’à ce que la police vienne nous disperser à coups de gaz lacrymogènes. Mais, je dis que sans nos 18 millions FCFA, il n’y aura pas de Jeux de la Francophonie » menace Aboudou Diakité joint par PoleAfrique.info.

Poursuivant, ce nouveau meneur de la fronde au sein des démobilisés, explique que « notre problème, c’est le Premier Ministre. On nous a dit que notre argent a été versé mais lui, veut nous imposer des projets qui n’ont jamais réussi depuis le début, que ce soit ceux de l’ADDR ou même les matricules. Les chefs de guerre ont vendu les matricules aux civils, ont intégré leurs parents qui n’ont rien fait et leurs copines. Nous voulons nous aussi vivre décemment avec nos familles. A korhogo, le 4 mars, le Premier Ministre a averti que l’Etat n’a pas d’argent à nous payer. »

Aboudou Diakité maintient sa menace : « Si jusqu’à demain, ils ne disent rien, nous prendrons d’autres dispositions » insiste-t-il avant de réitérer sa menace, « sans notre argent, pas de Jeux de la Francophonie. » « Le Premier Ministre oublie que là où il est aujourd’hui, c’est grâce à nous » fait savoir le démobilisé frondeur.

Les jours à venir nous situeront la portée de la menace sur les Jeux de la Francophonie qui vont servir d’alibi pour mettre la pression sur le gouvernement. Fermeté et dialogue, qu’est-ce qui l’emportera ? Les ivoiriens, eux, aspirent à vaquer tranquillement à leurs occupations et vivre en paix.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment