10182017Headline:

Côte d’Ivoire: Des gangsters attaquent un maquis et poignardent les serveuses à Adjamé

ganster

Dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 novembre 2015, un maquis situé aux 220 logements, dans la commune d’Adjamé, a essuyé une attaque criminelle. Et ce sont les serveuses qui en ont payé le lourd tribut.

Selon les informations reçues, cette nuit-là, après avoir fait le bonheur de ses nombreux clients, le maquis ferme enfin ses portes. Nous sommes aux alentours de 1h du matin. Les trois serveuses que sont N. Pélagie, A. Jacqueline et T. Nadège vont se coucher dans la chambre attenante au maquis, spécialement aménagée pour elles, par le propriétaire du maquis. Une disposition heureuse de la part de leur employeur, pour leur éviter les risques d’agression, lorsqu’elles auront terminé très tard leur boulot et qu’elles se mettront en route pour leurs domiciles respectifs. Mais on le verra, hélas, leur sécurité n’est pas garantie à cent pour cent. En tout cas, pas aux yeux de criminels.

On apprend donc que la nuit des faits, il est environ 4h du matin, lorsque des bandits, au nombre de deux, pénètrent dans la chambre des serveuses, en passant par les toilettes. Les pauvres filles, tirées de sommeil par la présence de ces scélérats, tentent d’appeler à l’aide par des cris de détresse. Cette façon de faire qui risque de faire foirer les choses, irrite les gangsters. Alors, les deux schnocks, en rogne, se ruent sur les infortunées serveuses et les poignardent à l’aide des couteaux dont ils sont armés. Les malheureuses jeunes dames, blessées, n’opposent plus de résistance à la vermine déterminée à leur faire la peau, s’ils continuaient de brailler. Ainsi, elles se laissent dépouillées de montres-bracelets, de sous et de téléphones-portables.

La police, peu après alertée, effectue une descente sur place. Le périmètre de l’agression est bouclé. Une battue suit, dans le but de débusquer les auteurs de l’agression violente. Malheureusement, les quidams avaient depuis longtemps, disparu dans la nature. Cependant les recherches, en vue de les retrouver, n’ont guère été interrompues, selon nos sources. Bien au contraire. Quand à leurs victimes, on nous apprend que leurs vies sont hors de danger.

KIKIE Ahou Nazaire

soir info

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment