10182017Headline:

Côte-d’Ivoire: Des jeunes du Rdr d’Abobo se révoltent et menacent…

jeune rdr abobo

Des jeunes du Rdr d’Abobo ont demandé à Ouattara de prendre en compte leurs préoccupations

« Une solution pour Abobo », « Prési, Abobo veut une nouvelle équipe », « Prési, Abobo vous appelle au secours »… C’est en brandissant ces écriteaux que « Le peuple », un groupe d’une vingtaine de jeunes se présentant comme membres du Rassemblement des jeunes républicains (Rdr) vivant tous dans la commune d’Abobo, est venu crier son ras-le-bol, le jeudi 5 novembre 2015, au siège du Rdr à Cocody-Rue Lepic.

Par cette action, ce groupe de jeunes a voulu ainsi montrer que la commune d’Abobo est restée en marge de l’émergence tant prônée par le président Alassane Ouattara. Selon eux, les infrastructures sont désuètes et le maire invisible, laissant la vie communale être gérée par les syndicats. Ils ont déploré également l’insécurité avec, selon eux, les « microbes » qui agressent les populations. « A Abobo, les fumoirs poussent au jour le jour comme des champignons sauvages, pendant que les forces de l’ordre paradent fièrement», a crié un Porte-parole de « Le peuple ». « On n’arrive plus à sortir de chez nous pour aller chercher de quoi nourrir nos familles. Viols, agressions à main armée, braquages, extorsions, sont devenus nos quotidiens. On vit dans la peur», a dénoncé un jeune, exhibant sa jambe déformée par une large cicatrice suite, selon lui, à une agression. « Si on n’est pas écouté aujourd’hui, la prochaine fois, ça sera grave. Nous allons nous adresser aux autres ministères », a menacé un autre manifestant.

Après s’être introduit dans les locaux du siège du Rdr pour y tenir une conférence de presse, ces jeunes ont été expulsés par des responsables du parti présidentiel. Ces cadres ont même menacé de faire intervenir la Police si ces jeunes-là ne débarrassaient pas le plancher. Face à cette menace, ils sont sortis pour s’attrouper devant le siège. Ils y ont passé un moment, avant de se disperser. Visiblement, la déception se lisait sur leur visage, eux qui se considèrent comme des militants ayant porté leur choix sur le président Alassane Ouattara lors de la présidentielle de 2015.

Jean Marc KONAN (Stg)

 linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment