10242020Headline:

Côte d’Ivoire/Dimbokro : La population de la cité du bonheur partagé est appelé à éviter les violences politiques

L’appel a été lancé par quatre organisations de la société civile, à savoir le Bureau des leaders d’opinion de la société civile de Côte d’Ivoire (BURLOPSC-CI), l’ONG « Femmes actives et dynamiques de Dimbokro » (FADY), le Réseau des amis du N’zi (RAN) et le Réseau des enseignants intégrés du N’zi (REIN).

Le président du BURLOPSC-CI, Loh Alexandre Guida, a exhorté les jeunes à ne pas se laisser manipuler par les leaders politiques, les cadres des régions, les guides religieux et parfois des leaders de jeunesse qui « ne pensent qu’à leurs propres intérêts ». « Les jeunes ont toujours été des victimes de ces violences. Beaucoup y perdent la vie, d’autres sont mutilés à jamais. Ils abandonnent les études et sont au chômage », a-t-il affirmé, réitérant la volonté de leurs organisations à faire de Dimbokro, un exemple de localité paisible.

« C’est nous qui donnons la vie. Quand il y a la guerre, nous perdons nos enfants et nos maris », a, pour sa part, fait remarquer la présidente de FADY, Sylvie Adou, invitant les femmes à accompagner les jeunes dans cette caravane de sensibilisation pour la préservation de la paix.

Le préfet de la région du N’Zi s’est félicité de la volonté des populations d’œuvrer pour la paix, salué le bon qualitatif fait par le pays ces neuf dernières années dans la paix et la stabilité, et exhorté les citoyens à la discussion et au dialogue.

« Quel que soit le problème qui se pose à nous, nous sommes tous des frères, et nous devons nous asseoir pour trouver des solutions », a-t-il dit.

Yeclo

Comments

comments

What Next?

Recent Articles