07232017Headline:

Côte d’Ivoire /Ecoutes téléphoniques, attentats de Paris… le parlement de “Soro” a mauvaise presse

soro

deputes ivoiriens

Soro riposte

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro mêlé à un scandale lié à des écoutes téléphoniques n’est pas seul dans cette épreuve. De fait, le chef du parlement a reçu plusieurs soutiens hier. « Affaire écoute téléphoniques/ Régions du Haut Cassandra et du Gôh: les chefs et cadres font bloc autour de Soro », livre à sa Une Nord-Sud Quotidien. « Le président de l’Assemblée nationale a reçu en audience hier, plusieurs délégation venus des régions du Haut Sassandra et du Gôh. Ils y étaient pour témoigner leur reconnaissance à Guillaume Soro », écrit le quotidien qui ajoute que lors de ces rencontres, « le chef du parlement a pris la parole pour rassurer tous ses interlocuteurs sur sa disposition d’esprit ».

Ces rencontres, Soir Info les relate également. « Soro: nous ne nous laisserons pas distraire », écrit en manchette le quotidien. « Nous ne nous laisserons pas distraire de notre cap. Tous les rendez-vous que j’ai pris, je les ferai et je les assumerai sans changer de cap », a déclaré le chef du parlement lors de cette rencontre.

En dépit de ces soutiens, Guillaume Soro est toujours menacé par cette affaire. C’est du moins ce que croit savoir Lg Infos. « Soro joue avec le feu », titre le journal à sa Une. Selon le quotidien, «Soro et ses hommes n’échapperont pas à l’implacable destin des rebelles. Ils savent qu’ils n’échapperont pas à la roue tournante de l’histoire ».

Attentats Paris

Suite aux attentats de Paris qui ont plongé le pays dans un profond, des députés démontrent leur solidarité à la France. Sur ce sujet, Fraternité Matin écrit : « les députés ivoiriens dans la rue, hier : une marche en hommage aux victimes des attentats ». selon le journal, cette marche est une manière pour la représentation nationale de marquer leur solidarité avec ce pays ”frère” et de crier leur ras-le-bol aux attentats qui ont frappé paris en plein cœur.

Ce sujet, les quotidiens L’inter et Le Quotidien d’Abidjan en parlent mais relèvent le côté négatif de cette initiative.« Attentats de Paris/ des députés ivoiriens marchent pour soutenir la France : des Ivoiriens réagissent », fait savoir l’inter. À en croire le journal, de manière globale, des internautes n’ont pas apprécié cette marche. Non pas qu’elle est mauvaise, mais parce que selon eux, elle intervient dans un contexte marqué par d’autre attentats en Afrique, notamment au Nigéria, au Niger et au Cameroun.

Pour sa part, Le Quotidien d’Abidjan qualifie la marche des députés Ivoiriens de macabre parce qu’il pense que les morts de Boko Haram sont ignorés. Il soutient même que « cette marche serait compréhensible si les représentant du peuple avait consenti marquer une pause devant l’ambassade du Nigéria pour témoigner du soutien du peuple ivoirien d’autant plus que leur itinéraire menant à l’ambassade de France passe devant l’ambassade du Nigéria ».

Ça ne va pas au Rhdp

La coalition au pouvoir montre des signes de division, à en croire les journaux. « Le Rhdp au bord de l’implosion : la guerre de l’alternance a commencé. Bédié et le Pdci roulés dans la farine », barre à la Une Notre Voie. « Il y a de l’eau dans le gaz du Rassemblement des houphouetistes pour le démocratie et la paix (Rdhp). Après avoir triomphé sans gloire à la présidentielle face à une opposition affaiblie par les effets de la dictature, la coalition au pouvoir est désormais minée par une crise qui s’annonce explosive », écrit le journal.

L’Expression conforte la pensée de son confrère en titrant : « Pdci, Rdr, Udpci, Mfa, Upci / attention, danger ! ». Le journal relève que les partis de la coalition ne parlent plus le même langage. Tandis que le président Bédié du Pdci appelle les autres à rejoindre son parti pour continuer l’oeuvre du père fondateur Houphouet-Boigny, les autres parlent d’un parti unifié.

A juste titre, Le Patriote écrit à la Une: « Parti unifié des enfants d’Houphouet-Boigny / Pourquoi pas Pdci-Rdr ou Rhdp ? Pour lui, il faut s’inspirer des gaullistes en France. S’il affirme que dans le fond, « il n’y a pas de problème » quant à l’union des partis, dans la forme, il y a un couac. Puisque les autres partis n’accepteront pas de se fondre dans le Pdci. Si dans le parti de Bédié, on estime que le parti unifié doit s’appeler Pdci, les autres ne partagent cet avis. Le journal invite la coalition houphouetiste à imiter la droite française qui a compris, après la mort de De Gaulle, suivie de la part du pouvoir pendant deux septennats, qu’une nécessité d’union et de rassemblement s’imposait pour la reconquête du pouvoir.

linfodrome.ci.

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment