06182019Headline:

Côte d’Ivoire- éducation/ MENET-FP – SYNDICATS: les conclusions issues des négociations relatives aux plateformes revendicatives

MENET-FP – SYNDICATS: Atelier de validation des résultats issus des discussions entre l’administration et les syndicats se tient a Bassam

Le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MENET-FP a rencontré les syndicats du secteur Education/ Formation pour enterrer définitivement la hache de guerre. Dans ce but, madame le Ministre Kandia CAMARA a procédé à l’ouverture officielle de l’atelier qui se tient à Bassam du Mercredi 10 au samedi 13 avril 2019 pour valider les conclusions issues des négociations relatives aux plateformes revendicatives et la conduite à tenir relativement au suivi de l’application desdits accords.
Dans son allocution d’ouverture officielle de l’atelier, Madame Kandia CAMARA, a exhorté les séminaristes à produire un travail de qualité pour le bonheur de nos enfants et le retour de la quiétude sociale: ” Nous sommes tous engagés dans un processus de co-construction avec l’ensemble des partenaires de l’école ivoirienne. Laissez-vous vous guider par le sens du compromis, les résultats des travaux sont attendus au plus haut niveau de l’Etat”.
Monsieur le Directeur de Cabinet a présenté la situation à Madame le Ministre:” Cet atelier est organisé pour mettre fin à la crise; les revendications des syndicats tiennent essentiellement en trois catégories à savoir: les revendications d’ordre pédagogique, administratif et financier, déclinées en une vingtaine de points de revendication dont deux sont effectivement au cœur de la crise à savoir la suppression des cours de mercredi et la question du reversement des Instituteurs Adjoints (IA) dans l’emploi des Instituteurs Ordinaires(IO), pour mettre fin à l’existence de cet emploi.
Cet atelier est donc la suite de la rencontre du vendredi 05 avril 2019 avec les membres du gouvernement concernés par les questions liées au dénouement des crispations. Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM Amadou GON COULIBALY a donné des instructions relatives à la validation des points d’accord. Madame le Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a donc instruit le Secrétaire Permanent du Conseil Consultatif de l’Education Nationale (SP-CCEN) à l’effet d’engager des négociations et d’initier des séances de travail avec tous les syndicats (grévistes et non-grévistes) aux fins de dégager ensemble des pistes de solutions à leurs préoccupations respectives.
L’atelier de Bassam est l’émanation de la bonne volonté de l’Etat qui souhaite mettre fin à cette crise. Par conséquent, la parole a été donnée à l’ensemble des responsables syndicaux à l’effet de confirmer leurs propositions avancées lors des séances de travail passées en vue de leur validation. Le document final qui en sortira est la compilation des résolutions de l’atelier. Ont donc été invités à la table des négociations, les conseillers du Premier ministre, le représentant du Secrétaire d’Etat Chargé du Budget et du Porte feuille de l’Etat, les représentants du Ministre de la Fonction publique, non seulement pour apporter la caution du Premier ministre, mais pour apporter l’expertise des ministères techniques qui doivent résoudre les problèmes techniques soulevés par les syndicats.
Pour rappel, les négociations ont débutées le 18 février 2019 et selon un chronogramme établi d’accord partie, les discussions entre l’Administration et les Syndicats ont enregistré la participation des membres du Cabinet, de l’Inspection Générale, des Directions centrales du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, des responsables du Ministère de la Fonction Publique et des Faitières et Syndicats. Ces négociations se sont achevées le 26 mars 2019 sur des avancées relativement à des hypothèses ou propositions à soumettre à l’appréciation de la haute hiérarchie administrative. Ainsi, aux termes de ce processus d’échanges, il apparaît nécessaire que toutes les parties prenantes se retrouvent pour une validation des conclusions des discussions, avant leur transmission à Madame la Ministre pour appréciation.
Cette grève déclenchée par les Syndicats du secteur Education/Formation, dès la mi-janvier au 23 mars 2019, a fortement perturbé l’école ivoirienne, au mépris de la trêve sociale de cinq ans obtenue par le gouvernement après la signature d’accord avec l’ensemble des syndicats de la Fonction Publique. Ces grèves ont entraîné des conséquences sur les rythmes des apprentissages et des dégradations au niveau des infrastructures. Au-delà de ces constats immédiats, c’est toute la communauté nationale qui, à travers les médias, s’est montrée très préoccupée par les perturbations de l’école.

aminata24

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment