07252017Headline:

Côte d’Ivoire-Élections: Choï et Affi confessent, Ouattara a fait fuir un candidat

outtara et affi

Affi N’guessan tout tout flamme

« Ce régime a empoisonné la Côte d’Ivoire », lit-on à la Une de Notre Voie. Ces propos sont d’Affi N’guessan, président du Fpi, candidat à la présidentielle de 2015. « Il ne faut pas qu’après le 25 octobre, Alassane Ouattara soit le président de la Côte d’Ivoire. Ce n’est pas avec les fusils qu’on fait de la politique. Ce n’est pas avec la rébellion q’on gouverne. Ils ont pris les armes depuis le Burkina pour venir avec la rébellion en 2002. Ils ont fusillé des gens, égorgé des femmes et pillé des maisons. Pour quelle raison un Ivoirien voterait Ouattara ? Ce régime a empoisonné la Côte d’Ivoire. Quand on parle de ”microbes”, c’est que le pays est pourri », a-t-il attaqué Ouattara.

Soir Info titre alors : «Depuis Abengourou, Affi N’guesssan se déchaîne et fait de graves révélations… » Entre autres : « Tant qu’on n’aura pas chassé Ouattara, Gbagbo ne sera pas libre ». En effet, il affirme que « ce n’est pas en pleurant continuellement sur le sort de Gbagbo que nous allons ouvrir les protes des prisons pour libérer nos camarades. Il faut aller aux urnes pour éjecter Ouattara. C’est la seule voie pour changer la donne. A mon investiture à la présidence de la République, je mettrai en liberté tous nos frères en prison… »

Or, à en croire la Une de L’inter, Michel Gbagbo accuse que « Affi a demandé de considérer Gbagbo comme mort ». Il a révélé que durant leur séjour carcéral, à Bouna, il a conseillé Affi, au cas où ils étaient libérés, qu’il mette en avant le nom de Gbagbo dans ses discours afin de gagner les militants du parti qui critiquaient sa gestion du Fpi. « …je ne savais pas que Affi N’guessan avait une autre idée nocturne dans la tête, celle de demander aux uns et aux autres d’oublier Gbagbo et le considérer comme mort et ne pas pleurer pour son cadavre », a livré le fils de Gbagbo.

Révélations sur la crise post-électorale de 2010

L’Expression publie à nouveau « les vérités de Choï sur la bataille d’Abidjan » pendant la crise post-électorale, contenues dans le livre écrit par ce dernier. Young Jin Choi raconte par exemple, au sujet des premières frappes aériennes, le 4 avril, que « conformément à son accord avec Nicolas Sarkozy, Ban Ki-moon donna instruction à l’Onuci de prendre toutes les mesures nécessaires, pour, avec appui des forces françaises, faire cesser les tirs d’armes lourdes contre les civils… ». Et le Quotidien d’Abidjan de titrer : « Dans son livre sur la crise ivoirienne, Choï livre les plus graves secrets de la déstabilisation de Gbagbo ». Et pour cause, il affirme que celui-ci a écrit que « les avions de l’Onuci s’occupèrent des camps d’Akouédo et d’Agban, ceux de la licorne de la résidence de Gbagbo et des locaux de la Rti. Y.J Choï se montre comme l’initiateur de tout ce qui concerne la résolution de la crise par les armes. Mieux, il a le mérite de dévoiler que ce plan était en fait bien préparer avant son arrivée en Côte d’Ivoire en 2007 ».

Affi N’guessan aussi en rajoute en déclarant que « C’est Bédié qui devrait être au 2è tour à la présidentielle de 2010 », fait savoir Soir Info. « Vous vous rappelez que Bédié a dit qu’on lui a volé 600.000 voix. Quand il a dit cela, ils lui ont demandé de se taire et il s’est tu pour que soit au deuxième tour avec Gbagbo. Sinon, c’est Bédié qui devrait être au 2è tour avec Gbagbo ».

Présidentielle de 2015 et ses péripéties

Le nombre élevé de candidats, 33 personnes pour l’élection présidentielle de 2015, suscite une inquiétude chez le quotidien Le Temps qui la fait savoir à sa Une. « 33 candidats : Démocratie ou comédie ! ». Pour lui, cela ressemble plus à une comédie étant donné que les candidats, sauf Ouattara, parlent d’une élection aux conditions non transparentes et sont repartis de la Cei où ils ont déposé leur dossier de candidature, avec des remarques d’importance capitale. Si pour le pouvoir cette multiplicité de candidature est la preuve de la démocratie, le journal rétorque que « quantité ne veut pas dire qualité ».

Mais déjà, « un candidat retire sa candidature pour Ouattara », informe à la Une Nord-Sud Quotidien. Il s’agit du Pr. Mory Touré. « Le lieu idéal pour nettoyer le linge impur est la famille », est la raison donnée par le candidat.

Pour Lg Infos, malgré les appels à la discussion, Ouattara veut faire un forcing. « Voici les signaux d’un passage en force », titre à la Une. Ses signes sont, selon lui, le mutisme du pouvoir sur l’appel de l’opposition et l’entêtement du chef du régime à vouloir organiser tête baissée une élection qui, dans les conditions actuelles, demeure un volcan en voie d’éruption. Sans oublier les actes anti-démocratiques qui dissipent chaque l’espoir d’aller à un un jeu électoral dans la quiétude et sans heurts… »

Linfodrome.ci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment