03262019Headline:

Côte d’Ivoire: En ces périodes de tensions politiques…, ce que le ministère de l’intérieur dit sur la divulgation de fausses informations et autres…

Lundi 14 Janvier 2019 – En ces périodes de tensions politiques entre pouvoir d’Abidjan et les acteurs majeurs de la vie politique Ivoirienne, tous les coups semblent être permis avoir en main la situation.
Les affaires Jacques Ehouo  Gabriel, maire élu de la commune du Plateau, inculpé dans un scandale de détournement de plus de 5 milliards de francs CFA et du député de Fresco Alain Lobognon, recherché pour divulgation de fausses informations sur internet (via twitter Ndrl) occupent l’actualité politique ivoirienne.

Dimanche 13 janvier 2019 dans la soirée, un communiqué du ministère de l’intérieur et de la sécurité dont KOACI dispose d’une copie, informe que ses services ont été instruits à l’effet de « rechercher et appréhender les auteurs ainsi que les commanditaires de la diffusion de propos faisant peser de graves menaces sur la cohésion nationale et l’ordre public ».

Le ministère de l’intérieur et de la sécurité justifie cette mise en garde par le fait que depuis quelques jours, suite à la mise en place d’une délégation spéciale dans la commune du plateau, des interprétations visent à faire croire que cette mesure, ainsi que celle de la révocation de l’ex-maire Noël Akossi Bendjo seraient orientées contre des cadres d’une communauté ou d’un parti politique donné.

Le ministère de l’intérieur et de la sécurité précise que :

« La révocation d’une part du maire Noël Akossi Bendjo constitue une sanction disciplinaire, consécutive aux faits de faux en écritures publiques et détournement de deniers publics, portant sur plusieurs milliards de francs Cfa, au détriment de la collectivité territoriale ainsi que des populations de la commune du plateau et d’autre part, que la suspension de l’installation du conseil municipal du plateau demeure une mesure conservatoire, devant permettre la manifestation de la vérité, relativement à la plainte portée contre Monsieur Ehouo Jacques, l’un des conseillers municipaux élus, dont l’implication dans le dossier de détournement évoqué a été révélée par l’enquête ».

Pour le ministère de l’intérieur et de la sécurité, les décisions prises ne visent que le respect de la loi et de l’intérêt général et nullement l’origine ethnique ni l’appartenance politiques de Jacques Ehouo  et de Noël Akossi Bendjo.

Jean Chrésus

koacie.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment