08202017Headline:

Côte d’Ivoire-Enlèvement d’enfants: La gendarmerie fait fermer des cybercafés

cyber

La gendarmerie procède depuis deux jours à la fermeture de la quasi totalité des cybercafés de la ville de San Pedro. Et ce au grand désarroi des propriétaires et gérants qui disent ne rien comprendre à cette décision qu’ils jugent aussi brusque qu’injustifiée.

“La gendarmerie du port est arrivée ce matin et a demandé de fermer. Pour les explications les agents m’ont dit qu’ils n’étaient que des exécutants. Je me suis à leur brigade et là bas leurs responsables m’ont demandé de produire des papiers. J’ai demandé lesquels mais eux-mêmes ne semblaient pas connaître les documents à fournir”, nous a expliqué une propriétaire sous le couvert de l’anonymat. A cette même brigade où nous nous sommes rendus, un refus poli nous a été opposé par les autorités en place. “Adressez vous à l’Etat major nous sommes militaires nous ne parlons pas à la presse.” Mais une fois à létat major la même loi de l’Omerta nous à été imposée.

Dans cette situation de confusion la mairie qui jusque là cautionnait l’activité des cybercafés par la perception de la patente semble aux dires d’un autre propriétaire que nous avons rencontré vouloir profiter de la situation pour augmenter le montant de cette taxe.”Jusque-là nous payions entre quatre et six mille francs par mois à la mairie, mais du coup face à la pression que nous subissons en ce moment les services municipaux qui cherchent aussi à savoir ce qui se passe veulent profiter de la situation pour faire passer cette patente à 10000fcfa”, nous a t-il expliqué.

Cependant une source sécuritaire qui a requis l’anonymat a bien voulu nous éclairer sur ces fermeture de cybers. “Cela est lié au phénomène d’enlèvement d’enfants pour lequel les soupçons pèsent sur les brouteurs qui eux arnaquent à partir des cybercafés. Tous les propriétaires de ces établissements doivent donc obtenir un agrément de l’ARTCI pour continuer à fonctionner ou resterons fermés. Et désormais aucun cyber ne peut ouvrir au-delà de 21 heures”.

Notons que la ville de San Pedro compte plusieurs dizaines de cybercafés qui emploient chacun une ou deux personnes. Au moment où nous mettions sous presse environ une trentaine avaient déjà été fermée. Notons que de sources policières, plus de 300 cybercafés ont été fermés sur le territoire national.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment