08172017Headline:

Côte d’Ivoire (Exclusif)/Malaise dans l’armée /Un élément des 2600 soldats annonce des jours sombres

Une source se présentant comme membre des 2600 soldats a joint la rédaction de Imatin, sous le couvert de l’anonymat, ce vendredi 30 juin 2017. Cette dernière annonce des jours sombres en raison du traitement que leur infligerait leur hiérarchie.

Menaces et revendications

Des revendications. C’est le terme utilisé par notre interlocuteur pour parler des actions en vue. La pomme de discorde, des matricules et deux années d’arriérés de salaires. « L’armée nous doit deux années d’arriérés de salaire pourtant retranchés par le Fonds de prévoyance de la Police. Cela veut dire que nous devrons payer ces sommes que nous n’avons pas perçues à nos retraites. », a-t-il fait savoir. La goutte d’eau qui fait déborder le vase à en croire notre informateur, l’arrestation de leur délégué principal nommé Traoré, dont il dit être détenu à la Direction de la surveillance territoriale (DST) et un autre délégué de Bouna. Des arrestations qui surviennent, précise-t-il, seulement trois jours plus tard alors que le gouvernement leur avait demandé de surseoir à leurs revendications en raison des jeux de la Francophonie qui auront lieu en juillet prochain.

«Après l’armée, le militaire a trois vocations. Soit il change de métier, soit il reste dans le métier des armes et devient braqueur, soit il fait un ‘‘mouvement d’humeur’’. Soit on nous radie, soit on nous donne notre argent. Nous réclamons tout ce qui nous revient de droit comme les Forces Spéciales. », a-t-il indiqué non sans citer les généraux Mambi Koné et Touré Sekou, dit-il, imprégnés du dossier.

Malaise dans l’armée

Notre interlocuteur qui soutient avoir 7 années de service déplore un traitement de faveur dans la grande muette avec une autre fraction qui avait procédé à des mouvements d’humeur en Janvier et Mai 2017. Pis, il soutient qu’en raison de ce deux poids, deux mesures, des militaires refusent de prendre part au défilé de l’indépendance cette année. « Les préparatifs commencent d’ordinaire le 10 juin. Jusque-là, rien n’est fait. Si des militaires refusent de simples manœuvres qu’en sera-t-il en cas de défense de la Nation ? Les autres éléments sont des intouchables. J’ai peur pour mon pays. », ajoute-t-il.

Pour rappel, les 2600 soldats sont à en croire notre interlocuteur des recrues de l’armée ivoirienne à la faveur de la crise postélectorale. Tous des caporaux, ils sont repartis dans tout l’effectif de l’armée. Vivement que les autorités ivoiriennes désamorcent cette autre bombe pour la paix et la quiétude en Côte d’Ivoire.

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment