03282017Headline:

Côte d’Ivoire« Face aux électeurs » : l’émission de télé qui cartonne

aux electeurs

Embedded image permalink

C’est sans aucun doute le programme télévisé le plus commenté du moment en Côte d’Ivoire. « Face aux électeurs », émission quasi-quotidienne diffusée à 21h00 sur la Radio télévision ivoirienne (RTI), la télévision publique, donne la parole à tous les candidats à la présidentielle du 25 octobre. Depuis dix jours, tous s’y succèdent et se soumettent aux questions d’une équipe journalistes choisis (dont un par l’invité du jour) pour l’occasion.

Alassane Ouattara, Kouadio Konan Simeon, Henriette Lagou, Pascal Affi N’Guessan ou encore Charles Konan Banny et Kouadio Konan Bertin (KKB), tous se sont déjà prêtés au jeu, avec plus ou moins d’aisance et de succès. Le concept, qui existait déjà lors de l’élection de 2010, « a été légèrement modifié cette année, à la demande des candidats qui voulaient plus de temps pour s’exprimer. L’émission est désormais plus longue – deux heures au lieu d’une heure trente – et compte un journaliste en moins – trois au lieu de quatre », explique Maixent Degny, conseiller spécial du Directeur général de la RTI, Ahmadou Bakayoko.

L’occasion pour tous de dévoiler leurs programmes, idées, mais aussi certaines facettes de leurs personnalités… À l’instar de l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny, qui a failli plusieurs fois sortir de ses gonds face aux interrogations de ses interlocuteurs.
Après avoir annoncé le retrait de sa candidature, le patron de Liberté et démocratie pour la république (Lider), Mamadou Koulibaly, a quant à lui vu son passage purement et simplement annulé. L’intéressé qui a saisi la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (HACA), dénonce une « censure » et une violation de ses droits de « candidat », arguant ne pas avoir adressé de « lettre de retrait de sa candidature à la RTI ou à une quelque structure que ce soit ».

« Rôle démocratique »

Réponse de Maixent Degny : « Le concept et le cahier des charges de l’émission, proposée par la RTI et non la HACA, sont clairs : chaque candidat doit venir exposer son programme. À partir du moment, où un candidat déclare sur nos antennes, ainsi que sur d’autres, qu’il n’est plus candidat à la présidentielle, où est l’intérêt éditorial de la chose ? Sur quoi les journalistes vont-ils le questionner pendant deux heures, puisqu’il n’est pas candidat ? Nous avons donc pris nos responsabilités et annulé son passage.»

Très suivie par les Ivoiriens, les émissions sont aussi très commentées dans la presse et sur les réseaux sociaux. Le chanteur Asalfo y est d’ailleurs allé de son commentaire.

.jeuneafrique

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment