08202017Headline:

Côte d’Ivoire: fin de l’opération Licorne, acteur majeur de la crise ivoirienne

Côte d’Ivoire: fin de l’opération Licorne, acteur majeur de la crise ivoirienne

La force française Licorne, un acteur majeur et controversé de la décennie de crise politico-militaire (2000-2011) en Côte d’Ivoire, prend officiellement fin mercredi, après douze années de service dans le pays, pour devenir les Forces françaises en Côte d’Ivoire.

“Pour la France, l’opération Licorne a atteint ses objectifs. On ferme l’opération, formellement”, a affirmé à l’AFP le colonel Nicolas Chabut, commandant de la force Licorne, désormais en charge des Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI).

“La stabilisation de la situation sécuritaire est arrivée à un niveau tel qu’il n’y a pas nécessité de poursuivre une opération militaire”, a poursuivi le colonel Chabut, avant une cérémonie colorée à laquelle assistait le ministre ivoirien de l’Intérieur Hamed Bakayoko.

Alors que Licorne était centrée sur la Côte d’Ivoire les FFCI serviront de “base opérationnelle avancée” et d’”unique point d’appui logistique des forces prépositionnées sur la façade ouest-africaine”, selon un communiqué de l’armée française, notamment dans le Sahel (Barkhane) ou en Centrafrique (Sangaris).

Licorne a été déployée en Côte d’Ivoire en septembre 2002, quelques jours après le début d’une rébellion, officiellement pour protéger les ressortissants français et étrangers et tenter de stabiliser cette ex-colonie française d’Afrique de l’Ouest.

Le 19 septembre 2002, une rébellion armée, avec des attaques visant le coeur du pouvoir à Abidjan, Bouaké (centre) et Korhogo (nord), a tenté de renverser le régime de Laurent Gbagbo.

Plus de huit années de crise politico-militaire s’en sont suivies, marquées par la partition du pays en deux, entre un nord contrôlé par les rebelles favorables à l’actuel chef de l’Etat Alassane Ouattara et un sud tenu par les forces loyalistes à l’ancien président.

Les violences postélectorales de 2010-2011, causées par le refus de M. Gbagbo de reconnaître la victoire de M. Ouattara à la présidentielle de décembre 2010, ont constitué l’épilogue de cette décennie sanglante. Plus de 3.000 personnes y ont trouvé la mort.

La force Licorne “a permis de stabiliser la situation en gérant dans la durée la crise et de limiter les désastres d’une guerre civile”, a commenté le colonel Chabut.

’Néocolonialisme’

Sans les forces françaises, “la Côte d’Ivoire aurait connu un génocide plus grave qu’au Rwanda”, a acquiescé Joël N’Guessan, le porte-parole du parti d’Alassane Ouattara.

Les proches de Laurent Gbagbo critiquent à l’inverse fortement son rôle. Licorne a notamment aidé à renverser l’ex-président en avril 2011 en pilonnant sa résidence.

“Ca a été une faillite. Au lieu de la neutralité attendue, Licorne a pris partie pour les rebelles”, a déclaré à l’AFP Amani N’Guessan, ministre de la Défense sous Laurent Gbagbo (2007-2010), pour qui Licorne était “l’expression de l’impérialisme occidental”, du “néocolonialisme”.

“Dans la mythologie, la licorne est l’animal le plus redouté par l’éléphant, qui est l’emblème ivoirien. Ici, elle fut un instrument de maintien de la pression de la France sur ses ex-colonies”, a estimé Alphone Douati, qui fut notamment ministre de l’Agriculture sous l’ancien régime.

Les effectifs de la force Licorne, sous commandement français mais sous mandat onusien, ont culminé à 5.300 hommes après le bombardement par l’aviation loyaliste d’un cantonnement militaire français qui a tué neuf soldats français à Bouaké (centre, fief des rebelles) le 6 novembre 2004.

Au total, vingt-sept soldats français ont perdu la vie au cours de l’opération Licorne en Côte d’Ivoire, selon un haut gradé.

Paris a répliqué en détruisant l’aviation ivoirienne, provoquant à Abidjan de violentes manifestations antifrançaises qui ont obligé près de 8.000 ressortissants étrangers, surtout français, à quitter le pays.

Au moins 50 Ivoiriens, selon Abidjan, ont été tués dans des heurts avec Licorne dans les jours qui ont suivi le bombardement de Bouaké. La France n’a jamais reconnu ces victimes.

Entre 600 et 800 soldats français sont désormais basés à Abidjan, de source militaire.

Ils s’occuperont encore de former et d’accompagner la restructuration de l’armée nationale, d’après les termes d’un partenariat de défense signé en 2012 entre la France et la Côte d’Ivoire.

AFP

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment