05262019Headline:

Côte d’Ivoire/ Forces de l’ordre: un dispositif sécuritaire qui inquiète les ivoiriens

Les messages paradoxaux du gouvernement ivoirien sur la sécurité ne peuvent laisser de marbre, et naturellement soulèvent plusieurs interrogations voire inquiétudes. En effet, pas plus tard que le mercredi 8 mai dernier, le porte-parole du gouvernement, lors de son traditionnel point de presse, annonçait que l’indice de sécurité avait considérablement baissé. Il se situait désormais à 1.1 sur une échelle de 5 contre 3.8 en 2012. Sidi Touré affirmait qu’avec cette baisse d’indice, « le pays se positionne au même niveau de sécurité que New York et Genève ».

Si le Ministre a révélé pour finir que ce résultat est un réel motif de satisfaction pour le gouvernement, les populations ivoiriennes ont été plutôt babas en l’apprenant. Bien sûr, ça serait faire preuve de manichéisme que de ne pas noter d’amélioration au plan sécuritaire. Cependant, ce qu’il ne faut pas manquer de souligner, c’est la trop grande emphase mise à annoncer que Abidjan est aussi safe que Genève quand jours ne passent sans que les « microbes », cosmétiquement appelés « enfants en conflit avec la loi » ou des braqueurs se signalent à travers le pays. S’ajoutant à ces faits, un message à brûle-pourpoint du Chef d’Etat-major des armées a fuité sur internet : « honneur vous demander de bien vouloir mettre en alerte l’ensemble des troupes placées sous vos ordres suite à des rumeurs persistantes faisant état de velléités d’attaque ». Tout ceci en moins d’une semaine d’intervalle. Que cachent ces manœuvres, ce yoyo sécuritaire ? Et si c’était une autre tentative d’embastillement de l’opposition sous couvert d’une « mise en alerte des troupes » ?

L’UIGN, c’est l’Unité d’intervention de la gendarmerie nationale. Une unité d’élites équipée pour faire face à des menaces anti-terroristes. C’est avec beaucoup de surprises que nous avons noté qu’à chaque déplacement de Guillaume Kigbafori Soro dans le septentrion ivoirien depuis qu’il est en rupture de ban idéologiquement avec le pouvoir, un détachement de ce corps d’élite de la maréchaussée est aux aguets, surveillant ses meetings comme du lait sur du feu. Vous comprendrez certainement l’essence du message du Président du Comité Politique qui, s’adressant au commandant supérieur de la gendarmerie, l’invitait à s’éloigner de la politique en se conformant à la devise de son institution qui est « pro patria pro lege ». Prenant en compte ce fait, nul n’est sans ignorer que les pontes du pouvoir ont le sommeil tiré par les cheveux depuis que Guillaume Soro a entamé sa randonnée à travers le pays en réalisant les attentes des populations qui de plus en plus s’identifient à lui, las des promesses incessantes jamais réalisées. Certains cadres du pouvoir, sont même allés jusqu’à intimer aux populations de ne pas accepter d’aide de quiconque sauf du Président Alassane Ouattara et du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly. Pour eux donc, elles peuvent périr par manque d’eau, d’écoles et d’infrastructures les plus basiques si ce n’est l’intervention du Président de la République et du Premier Ministre, faisant fi du simple Principe du développement endocentré et participatif.

Nonobstant ces réflexions désuètes et à la limite ineptes, il nous vient à l’esprit la déduction suivante : ne sont-ils pas en train de mettre en avant une « alerte générale » pour faire cesser toutes activités politiques de l’opposition ?

Lire sur guillaumesoro.ci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment