03262017Headline:

Côte d’Ivoire : FPI / Affi et Sangaré s’accordent enfin pour les élections locales?

affi et sangaré

Après la discorde de la présidentielle, Affi et Sangaré s’accordent  pour les élections locales?

Les élections locales qui s’annoncent pourraient connaitre une participation du FPI réunifié. C’est en tout cas, ce que nous faire croire un
cadre de ce parti qui a tenu à se confier à nous

Les relations entre les deux tendances du FPI pourraient retrouver leur ambiance des beaux jours. Las en effet du radicalisme de leur mentor, Aboudrahamane Sangaré, de farouches partisans de Laurent Gbagbo, cadres du parti, autrefois retranchés dans la logique ‘‘Gbagbo ou rien’, se seraient, en fin de compte, résolus à accepter la main tendue de Pascal Affi N’guessan. Au risque d’hypothéquer leurs chances aux législatives et élections locales dans leurs régions. C’est ce qu’a révélé une source bien introduite au cœur du système Affi dont nous taisons volontiers le nom. « Loin de ce qui se dit dans la presse, le rapprochement entre les deux tendances évolue. Les tractations souterraines vont bon train. Beaucoup de frondeurs sont favorables et se préparent pour les législatives. » , a-t-elle laissé entendre.
Dans cette foulée, poursuit notre informateur, une vague de ralliement est en cours vers le camp Affi en vue des consultations générales à venir. Car, dit-il, la belligérance terminée, ces cadres refusent de ternir à jamais leurs carrières politiques. « Affi n’a jamais trahi. Il faut impérativement tourner cette page honteuse pour engager de nouveaux défis pour le parti », s’est-il convaincu. Et notre interlocuteur de reconnaître que ce revirement de pro-Gbagbo augure d’une mosaïque de candidatures indépendantes aux prochaines élections. Ce qui lui fait dire que le dernier mot reviendra aux populations. À juste titre. Ces frondeurs ne pourront se dérober de leur passés. Tant ils se sont employés dans la résistance contre Affi N’Guessan et partant contre le régime Ouattara. A telle enseigne qu’ils ont décidé de ne participer à aucune élection sous l’ère Ouattara. À la vérité, ces meneurs de la fronde ont appelé leurs militants à boycotter l’inscription sur les listes électorales. Du coup, ceux-ci ne peuvent prendre part aux futures échéances. A cela s’ajoutent des questions auxquelles ils ne sauraient également se substituer. Les préalables soutenus par cette aile radicale, en l’occurrence la libération de Laurent Gbagbo, est encore loin de se réaliser. Pareil pour la libération des prisonniers politiques qu’ils n’ont cessé de crier sur tous les toits. Si tel est réalité, avant de solliciter un contrat de bail avec les populations, les partisans de Sangaré devraient d’abord expliquer ce revirement spectaculaire qui a conduit au fratricide.

Une Correspondance de S. CARMONE à Abidjan

eventnewstv

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment