11182017Headline:

Côte d’Ivoire: FPI, FRCI… La température remonte dangereusement

frci 3

Crise au FPI

Les leaders pro-Gbagbo sont lancent des piques. Koné Katinan dans L’inter dévoile « ce que Gbagbo reproche à Affi ». Après avoir critiqué Affi N’guessan pour sa logique « déviationniste et collaborationniste » avec « ceux qui tiennent en otage le président Laurent Gbagbo », il dit « s’il y a un reproche que le président Laurent Gbagbo fait à Affi, c’est sa propension à tribaliser la gestion du parti et le débat politique. C’est une pratique qui resurgit dans les propos d’Affi ».

Le Nouveau Courrier aussi parle de la réponse de Katinan à Affi, qui l’accuse de manipuler Gbagbo. Dans une lettre ouverte, il s’attaque aux propos tenus par le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) qui l’indexe comme faisant partie de ceux qui sont à l’origine de « ses malheurs ». « Pourquoi le président sortant qui a géré le parti pendant 13 ans, refuse t-il d’affronter ses camarades dans les instances du parti par non seulement rende compte de sa gestion, mais pour expliquer les raisons de sa logique à la fois déviationniste et collaborationniste avec ceux qui tiennent en otage le président Laurent Gbagbo, le Premier ministre Aké N’gbo, le ministre Blé Goudé, la Première Dame Simona Gbagbo, et maintenant le ministre Assoa Adou et de nombreuses autres personnalités civiles ou militaires, soit dans des prisons, soit en exil ? ».

Bien entendu, Assoa Adou a dit ses vérités à Affi N’guessan, avant son arrestation, à en croire Le Temps . On retient par exemple ceci : « ce qui frappe dans les propos d’Affi N’guessan, c’est assurément cette tendance maladive du président sortant du FPI à se victimiser ou à se présenter comme une colombe face à des méchants faucons qui sont d’ailleurs à l’origine de tous ennuis, voir le naufrage qu FPI et de la Côte d’Ivoire. »

A son tour Affi veut interdire ses adversaires d’activités, fait savoir Nord-Sud Quotidien. C’est Michel N’guessan Amani qui le dévoile depuis Bouaké. « Bientôt, nous allons écrire pour interdire toutes les réunions des autres mouvements sur l’étendue du territoire national. On ne peut pas accepter l’anarchie », a-t-il annoncé.

Rapportant les propos du ministre N’guessan Amani Michel, soutien d’Affi N’guessan, L’Expression a titré dans le même sens que Nord-Sud Quotidien. Il affirme que « ce qui se passe aujourd’hui au FPI, c’est similaire à la rébellion. Les gens veulent le pouvoir des mains d’Affi N’guessan, mais sans attendre le congrès (…) Ils savent qu’aucun d’entre eux ne peut battre démocratiquement Affi ».

L’ouest sous les tirs

Une fois de plus, la localité de Grabo située dans l’ouest de la Côte d’Ivoire a été attaquée. Le raid mené ce week-end a fait plusieurs victimes selon Soir Info. « Des assaillants mettent encore le feu à Tabou : des militaires tués dont l’un décapité, un des meneurs abattu », titre à sa Une le journal. « Trois morts dont deux du côté des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) et un du côté des assaillants. Un assaut contre des positions de l’armée, dans la nuit du vendredi 9 janvier au samedi 10 janvier 2015, à Grabo et ses environs (sud ouest ivoirien près du Liberia), a fait encore des victimes. Un communiqué du ministre auprès du président de la République chargé de la défense donne des détails sur cette énième attaque. « Dans la nuit du 09 au 10 janvier 2015, des individus lourdement armés au nombre d’une vingtaine ont attaqué les positions des forces de défense et de sécurité à Grabo dès 3h du matin. Les échanges de tirs ont duré une heure de temps et les forces de défense ont réussi à les repousser énergiquement », informe le communiqué. « Un groupe de ces individus s’en est pris à la position des Frci dans le village de Dahioké où deux éléments ont perdu la vie », souligne le texte, précisant que « lors de la riposte, un milicien recherché du surnom de Rasta, présumé chef du groupe, a été abattu et son corps retrouvé au cours du ratissage’’ », fait savoir le quotidien.

Quant à Notre Voie, il met davantage l’accent sur le bilan de cette incursion meurtrière. « Samedi dernier au sud-ouest : Grabo attaquée/ 2 FRCI et 1 assaillant tués », peut-on lire à la Une du quotidien. « Le bilan officiel fait état de 3 morts. Deux éléments des FRCI et un assaillant tués lors des combats dans le village de Dahioké, dans la sous-préfecture d’Olodio », fait savoir le quotidien.

Pour sa part, Le Patriote croit en savoir davantage sur les circonstances de cet assaut sur la ville de l’ouest ivoiren. « Grabo à nouveau attaquée ce week-end : ce qui s’est vraiment passé », livre à sa Une le quotidien. « A Grabo, toujours selon nos sources, ce sont les deux corridors (entrée et sortie de la ville) et la Brigade de gendarmerie qui ont subi les tirs nourris des assaillants jusqu’au petit matin à 5 heures. Après l’effet de surprise et l’arrivée de renforts, les forces sécuritaires ont pu repousser les assaillants et sécuriser la ville », informe le quotidien.

La meilleure journaliste de Côte d’Ivoire connue

La soirée des Ebony, cérémonie de distinction de la presse ivoirienne a consacré samedi dernier les meilleurs journalistes du pays. C’est Sethou Banhoro, journaliste au quotidien Fraternité Matin qui a remporté le super prix. Le quotidien gouvernemental ne manque pas de s’en féliciter. « Séthou Banhoro super Ebony 2014 : Après Fraternité Matin, c’est Fraternité », s’exclame à sa Une le journal qui rappelle que la précédente lauréate était issu du groupe dirigé par Venance Konan.Quant à Soir Info, il se félicite également que l’une de ses journalistes ait été primée. « Presse : Ebony 2014/ Elysée Yao (Soir Info) parmi les meilleures plumes », titre en manchette le quotidien. « Pour ce qui concerne la presse en ligne, le Prix Joseph Diomandé du meilleur reportage est revenu à Théodore Kouadio de FratMat.info. Emmanuel Kouassi de Fraternité Matin est reparti avec le prix M Raoul. Quant au Prix Jean-Pierre Agoder, il a été empoché par Elysée Yao de Soir Info », commente le quotidien.

Linfodrome

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment