05292017Headline:

Côte d’Ivoire /FPI – Voici pourquoi Affi attaque et est sans pitié pour le camp d’Abou Drahamane

sangaré et affi

Front populaire ivoirien: Les raisons de la sortie musclée d’Affi N’guessan

Le président du Fpi, Pascal Affi N’guessan, et ses camarades frondeurs, se retrouvent  devant les juges au tribunal d’Abidjan.

Dans la guéguerre qui l’oppose à ses camarades frondeurs, le président du Front populaire ivoirien (Fpi), Pascal Affi N’guessan, avait réussi à toujours garder son calme.

Mais, l’héritier politique de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, a rompu, depuis mercredi, avec ce bon ton adopté depuis le début de la crise qui paralyse son parti. C’est un autre Affi N’guessan, très offensif et sans pitié pour le camp Abou Drahamane Sangaré, qui a rencontré les journalistes pour crier son ras-le-bol. Une sortie qui est loin d’etre une initiative hasardeuse, après avoir longtemps maitrisé ses nerfs. En effet, depuis la division qui a éclaté dans son parti, Affi N’guessan dit avoir toujours espéré que les positions allaient se ramollir pour que la grande famille du Fpi se retrouve. Mais, au fil des semaines et des mois, il a fini par désespérer de ses camarades, lesquels ne donnent aucun signe de décrispation. Au contraire, ceux-ci, se réclamant d’une orthodoxie spéciale Gbagbo, malgré sa ligne à lui qui ne se détache pas de l’ex-président détenu à la Haye, continuent de le vouer aux gémonies. Pis, Abou Drahamane Sangaré et ses camarades, faisant fi de la décision de justice qui confère la légalité à l’ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo, poursuivent leurs activités, se prévalant toujours légataires du Fpi et de ses armoiries. La goûte d’eau qui va déborder le vase, c’est la tournée engagée par ces frondeurs, depuis la semaine passée dans le district d’Abidjan. L’ancien vice-président d’Affi a franchi un autre cap dans la guerre de contrôle de son parti en initiant cette tournée dite de remobilisation dans les bases du Fpi. Au cours de ces tournées, tout comme pendant les activités qu’ils organisent, Abou Drahamane Sangaré et son équipe ne manquent pas l’occasion d’asséner des vérités crues à leur ancien camarade. C’est le cas de le dire, quand à la conférence de presse qu’il a animée le 18 février passé, Laurent Akoun, affublé du titre de président délégué du Fpi, a annoncé son exclusion de cette formation politique. « Ce monsieur est exclu de notre parti. C’est la justice qui le soutient. Ce ne sont pas les militants, ni les militantes, encore moins certains sympathisants. (…). Vous le verrez, parce que c’est le rapport des forces. La forfaiture a beau prospérer, elle a ses limites. Pour moi et nos camarades, le président du Fpi s’appelle Laurent Gbagbo, et ce n’est pas négociable». Des pics qui ont du excéder l’ancien maire de Bongouanou, qui a décidé, à son tour, de sortir de son silence. Soucieux de son titre de président remis en cause par ses camarades, Affi N’guessan, qui tente de rebondir sur la scène internationale avec des tournées çà et là, notamment entre le Niger et le Burkina Faso dirigés par des socialistes, est fortement perturbé dans son élan par ce désordre. Une méprise de ses ex-camarades qui l’a poussé à saisir à nouveau la justice, mais aussi à resserrer son équipe dont il avait ébauché la constitution, espérant accueillir ses frondeurs pour leur concéder des places. Le président du Fpi aura-t-il utilisé la meilleure stratégie ? L’issue du procès de ce jour et la suite des débats nous le diront.

F.D.BONY

L’inter

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment