03292017Headline:

Côte d’Ivoire: Fulbert KOFFI”Ouattara plus que généreux avec les proches de Compaoré au pouvoir”

soro et blaise comp

ouatara compaore

Si depuis sa chute du pouvoir en octobre 2014, Blaise Compaoré est, avec sa famille, officiellement réfugiée à Abidjan, la plupart de ses proches l’ont rejoint au cours du temps. Reconvertis dans les affaires,  ils sont «cadeautés» depuis leur arrivée par le régime d’Abidjan à travers plusieurs marchés.

La générosité du président Ouattara envers Blaise Compaoré l’ex-homme fort de Ouagadougou n’a pas de limite. Le train de vie et la luxueuse demeure mise à profit de l’ex-homme fort du Burkina témoignent du bon traitement dont jouit le «Beau Blaise» et sa famille au quartier huppé de Cocody.

Le président Ivoirien ne s’arrête pas là, en plus de l’attention portée à son hôte de marque, il a pris sous sa coupe les proches de Blaise qu’il gâte bien. Si depuis quelque temps une source nous avait mis la puce à l’oreille, la légendaire lettre du continent à travers son dernier numéro du 29 juillet 2015 vient de conforter nos informations.

Un vent nouveau souffle sur les proches de Compaoré

Au mieux de leur intégration à la vie Abidjanaise les ex-barons du régime Compaoré ont le vent en poupe sur les bords de la lagune Ebrié. D’Alizèta Ouedraogo à Boureima Baldini en passant par Tertius Zongo, Mohamed Abdulal ou encore l’homme d’affaires Inoussa Kanazoé, tous bénéficient des largesses du président Ivoirien.

Avec un investissement d’au moins 35 milliards de FCFA le groupe Kanis de l’homme d’affaires Burkinabé, Inoussa Kananzoé va ouvrir d’ici l’an prochain une cimenterie dans la zone portuaire d’Abidjan. D’une capacité annuelle de production de 4 millions de tonnes, la fabrique sera la plus grande cimenterie du pays. Les milieux d’affaires Ivoiriens sont persuadés que si son agrément a vite trouvé satisfaction auprès des autorités du pays, c’est en partie une reconnaissance pour son rôle antérieur joué pendant la rébellion Ivoirienne où il fut pendant cette période, le principal fournisseur des rebelles en produits de grande consommation.

Alizeta Ouedraogo belle-mère de Blaise Compaoré et no man’s land à Ouagadougou vient de poser valise dans le quartier chic des Deux-plateaux à Abidjan. En plus du soutien de Blaise, elle a su profiter des liens de famille qui la lie au ministre Haoussou Jeannot pour relancer ses affaires à Abidjan. Son entreprise, AZIMMO pourrait se voir confier dans les prochains jours un marché de construction de logements sociaux.

L’ancien ministre de la justice de Blaise Compaoré, Boureima Baldini et sa fille se sont vu accorder plusieurs permis miniers à travers l’entreprise SERMIS et possèdent un agrément d’exportation d’anacarde.

Le patron de Faso Constructions, Mohammed Abdulaï serait lui aussi dans les bonnes grâces du régime d’Abidjan qui lui a octroyé de juteux marchés tel que la construction du complexe sportif Alassane Ouattara de Bassam pour un coût de 6 milliards de FCFA après le marché de la rénovation du palais des sports de Treichville. Il vient encore de rafler la réhabilitation du siège du Trésor public. Longtemps décriées, les passations de marchés à Abidjan sont entourées d’un mystère religieux qui souvent en dit long. Si le gouvernement argumente que les passations de marché de gré à gré permettent de vite avancer sur les travaux à réaliser, le milieu des affaires, lui, n’est pas de cet avis. Il voudrait que les choses soient clarifiées pour permettre à tous de bénéficier des mêmes chances dans l’obtention des marchés.

Fulbert KOFFI
© OEIL D’AFRIQUE

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment