10222020Headline:

Côte d’Ivoire: grève des agents d’Ecobank la direction fait des précisions

Des travailleurs de la banque panafricaine Ecobank, regroupés au sein du Syndicat national des travailleurs d’Ecobank (SYNTECO) créé au mois de septembre, ont entamé une grève ce lundi 28 septembre matin.

Face à cette grève qui semble ne pas impactée les activités de ladite banque, la Direction générale d’Ecobank avec à sa tête Paul-Harry Aithnard, par la voix de M. Akpesse Martial Claude Michel, Directeur juridique et secrétaire général, a tenu à apporter des précisions.

Selon Akpesse depuis quelques mois, la Direction Générale de Ecobank Côte d’Ivoire a entamé une série de discussions en interne avec son personnel dans le but de trouver une solution commune face aux défis actuels auxquels la banque fait face.

En effet, afin de rester compétitif, le Groupe Ecobank a entamé un parcours de transformation de sa stratégie opérationnelle depuis quelques années dans tous les pays. Aux dires du représentant du DG, avec l’impact de la pandémie de COVID-19, les mesures de revue de la stratégie du groupe ont été accélérées pour répondre aux objectifs de productivité visés. ” Ceux de continuer à offrir des produits et services de qualité et assurer une activité durable au sein du Groupe.”, a-t-il expliqué.

À en croire le directeur juridique, à la suite des autres régions du groupe, il est important pour le groupe de revoir la structure opérationnelle des coûts de la région UEMOA dont la Côte d’Ivoire, qui occupe une place importante dans la stratégie du Groupe.

” Après plusieurs consultations internes avec les employés, les échanges soutenus avec le comité des délégués et l’ensemble des employés, les consultations avec l’inspecteur du travail et les parties prenantes, la banque a décidé de continuer à conserver les avantages du personnel directement liés aux charges familiales (eau, électricité, lait, scolarité, etc.) tout en proposant de restructurer d’autres avantages (téléphone, carburant).”, a révélé M. Akpesse Martial.

Pour lui, la Direction de Ecobank Côte d’Ivoire continuera de privilégier le dialogue avec l’ensemble des parties prenantes comme elle l’a toujours fait afin de mettre en œuvre des mesures, qui sont certes difficiles pour l’organisation, mais importantes pour assurer la pérennité des opérations de la filiale. Tout en précisant que dans le cadre de cet exercice, Ecobank Côte d’Ivoire s’engage à garantir l’équité et le respect des lois et règlements de la Côte d’Ivoire.

C’est pourquoi, il a invité le syndicat à revenir à la table de discussion.
Faut-il le rappeler, dans le cadre de sa restructuration opérationnelle, le groupe Ecobank a créé 175 emplois en Côte d’Ivoire au travers de la mise en place de plateformes centralisées tout en répondant à son objectif d’efficience opérationnelle.

Il s’est saisi de l’occasion pour rassurer la clientèle d’Ecobank Côte d’Ivoire. ” Dans l’attente d’apporter une résolution complète de l’actuelle situation, Ecobank Côte d’Ivoire continue de permettre à sa clientèle d’effectuer ses opérations à travers ses plateformes digitales, ses guichets automatiques et son Centres d’Appels 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7″, a-t-il conclu.

Joint au téléphone, le Secrétaire général, Syndicat national des travailleurs d’Ecobank (SYNTECO) Jean-Paul N’da a déclaré que ” ce n’est pas des revendications que nous faisons. Nous demandons à la direction générale de ne pas toucher nos droits.”, a-t-il précisé.
Selon lui, la transformation de la stratégie opérationnelle du Groupe Ecobank ne devrait pas toucher les agents d’Ecobank Côte d’Ivoire, puisque ” nous avons réalisé un chiffre d’affaires de 28 milliards de Francs CFA en 2019″.
” Nous ne refusons pas de dialoguer, mais nous demandons à la direction générale de cesser le harcèlement moral dont sont victimes certains employés d’Ecobank.”, a-t-il lancé.

Melv Sage

Comments

comments

What Next?

Recent Articles