08192017Headline:

Côte d’Ivoire /Grève des fonctionnaires : Des révélations sur des pressions subies à la Primature par les fonctionnaires

La Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public (Pfn), initiatrice de la grève en cours depuis le lundi 9 janvier 2017, a suspendu sont mot d’ordre, au terme d’une houleuse Assemblée générale (Ag) tenue, le vendredi 27 janvier 2017, à l’Université Félix Houphouët-Boigny (Ufhb).

‘’   (…) La Plateforme suspend pour un (1) mois son mot d’ordre de grève afin de donner une chance aux discussions à venir, invite par conséquent les fonctionnaires et agents de l’État de Côte d’Ivoire à reprendre le travail dès lundi 30 janvier 2017 à 07h. Toutefois, la Plateforme Nationale invite instamment le gouvernement à faire des propositions de paiement de ce stock‘’, a lu Zadi Gnagna Théodore. Bien avant, le porte-parole de la plateforme a plaidé pour cette cause, question de se donner les moyens de mieux s’organiser, en faisant des tournées à l’intérieur du pays.

 

Répondant aux récurrentes questions qui ont conduit à la déclaration de suspension de la grève faite par Zadi Gnagna Théodore, dimanche, Bli Blé David, l’un des membres du bureau a déclaré:’’Dimanche, les tractations ont commencé à 16h pour la signature d’un accord. Le président Gnagna a appelé les secrétaires généraux pour faire le point du document que nous avons reçu de la Primature. Sur instruction du premier ministre, nous étions attendus à la primature (…) Nous avons appelé l’Ifci et les deux organisations se sont mises ensemble pour y aller. Nous sommes arrivés à 22h15. Le Premier ministre nous attendait. Il a donné l’ordre de ramasser tous nos portables. Ce qui a été fait‘’. A l’en croire, le Premier ministre aurait rappelé les rencontres avec les huit ministres et lui-même qui n’ont pas abouti, avant de souligner que des personnes tapies dans l’ombre voulait déstabiliser la République.

 

Par la suite, le Premier ministre aurait demandé que le mot d’ordre soit levé. Zadi Gnagna aurait répondu que cela est du ressort de l’Assemblée générale. Il en aurait profité pour demander au Gouvernement d’examiner le point sur le stock des arriérés et de proposer un début de paiement en cette année 2017. ‘’ Le Premier ministre a sursauté de son fauteuil et a dit que si c’est pour décider sur place, il ne peut rien. Il a voulu expulser de la salle une dame qui n’a pas approuvé la décision de lever le mot d’ordre (…) Zadi a dit que sans Ag, la déclaration n’aurait aucun impacte (…) A la fin de la déclaration, il a dit que la lutte continue. Zadi a fait la déclaration pour protéger tout le monde, nous sommes sans garde du corps (…) Vous avez vu qu’après, nous avons envoyé des sms pour dire que cette déclaration était nulle et de nul effet (…)‘’, a-t-il poursuivi.

Dominique FADEGNON

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment