10222020Headline:

Côte d’Ivoire: guerre contre Soro le regime pris à ses dépens

Abi-Daman Koné, SGA du RACI en charge de la Communication décrypte la guerre du RDHP et de son président Ouattara lancée contre Soro.
Une sagesse mandingue nous enseigne que c’est du buisson que tu méjuges avec condescendance que sort généralement le lien qui servira à te ligoter. Cette sagesse, le Président Ouattara est en train de l’apprendre à ses dépens dans la guerre désormais sans ménagement et sans merci qu’il livre à son ex Premier ministre et ex Président de l’Assemblée nationale Guillaume SORO.

Dès le déclenchement des attaques ouvertes, drues et bien à-propos que lui inflige assidûment un Président de GPS campant pleinement et à merveille le rôle d’opposant politique, Ouattara, réputé avare en polémique, laissait le soin aux seconds couteaux de son camp de réagir.

Ainsi, l’on pouvait voir et entendre les cadres de peu d’étoffe tels que Touré Mamadou, Adama Bictogo, Kobenan Kouassi Adjoumani ou encore Tilkouété Dah Sansan, s’égosiller en propos acrimonieux contre l’ex redoutable chef de l’opposition armée devenu le non moins redoutable opposant politique. Cette option de laisser réagir des sous-fifres s’expliquait davantage par l’orgueil et le mépris si caractéristiques du Président ivoirien face à ses opposants, que par ses occupations et contraintes présidentielles.

Ce fut justement là l’erreur d’appréciation face à celui qui au fil des mois, s’avéra une redoutable bête politique aussi bien en stratégie qu’en communication. Ce qui ne fut pas sans conséquence pour le locataire du Palais qui se surprit à constater impuissant, au délitement de son principal atout qu’a été pendant longtemps, le soutien de la Communauté internationale.

C’est donc à juste titre que, pour reprendre la main, il s’est résolu a passer à l’avant-garde de la guerre contre son plus jeune et plus coriace opposant, devenant subitement bavard, acrimonieux et maugréant partout et sans cesse. Et comme dans toute action improvisée, l’impréparation ne manque pas de transparaître dans les faits, gestes et arguments politiques qui s’en trouvent pauvrement persuasifs et médiocrement convaincants.

Pour l’illustrer, revenons sur la dernière sortie politiquement incongrue et saugrenue du Président Ouattara contre Guillaume Soro dans la presse internationale.

En effet, dans un entretien accordé la semaine écoulée au journal français Paris Match, il s’offusquait de ce que l’opposant, en exil en France, et dont il s’attendait à ce qu’il vive dans l’errance, le désœuvrement et le dénuement après sa rupture d’avec le Pouvoir RHDP, s’offre le luxe de conférences de presse et autres rencontres de prestige dans des hôtels et autres lieux parisiens non moins prestigieux. Avouons que comme communication politique, l’argumentaire est plat ; l’attaque, plus émotive que rationnelle ; et la portée politique, plus personnelle que d’intérêt général.

C’est bien plus l’image d’un homme vindicatif, engagé à régler ses comptes personnels qu’à régler les difficultés existentielles de la collectivité, qui s’offre désormais à ses concitoyens.
Dans le même entretien à Paris Match, il est plus curieux de voir le candidat Ouattara remettre en cause l’honnêteté et la cohérence politiques de Guillaume Soro, parce que selon lui hier en rébellion armée contre l’ivoirité, et aujourd’hui allié au Président du PDCI RDA Henri Konan Bédié, père de ce concept à ses yeux exclusionniste.

Là encore, rien de plus q’une incongruité injurieuse pour l’intelligence des ivoiriens pour qui sait le parcours sinueux, chaotique et ensanglanté de Ouattara vers le Palais. N’etait-ce pas lui la principale cible et victime de l’ivoirité et qui malgré tout s’est ehontément engagé par la suite dans l’alliance politique du RHDP avec le même Henri Konan Bédié de 2005 à 2019 ?

En somme, l’histoire de la femme violée qui finit par s’enticher de son violeur jusqu’à convoler avec lui en justes noces. Mieux, pour célébrer l’amour scellé avec son conjoint d »ivoiritaire, ne lui a-t-il pas offert le meilleur cadeau qu’on puisse faire à son amour en l’immortalisant par le baptême en son nom, du pont le plus long du pays ?

Alors il devrait savoir que là où Soro sera jugé et condamné à une peine de prison avec sursis pour son alliance avec Bédié, lui Ouattara le sera immanquablement à la potence. Qu’il soit donc définitivement admis qu’en Côte d’Ivoire, le camp de la malhonnêteté politique, de l’incohérence, du reniement et du parjure, a un nom : Le RHDP.

Bref, disons que depuis qu’il fait face à une offensive politique foudroyante de celui qu’il s’était promis d’écraser sans coup férir, Ouattara apparaît sans repère au regard de ses surabondants impairs aussi bien en acte qu’en parole.

Dans sa longue carrière politique, l’homme avec une sérénité olympienne, a triomphé de toutes les adversités. Par contre, il n’a jamais semblé aussi désarçonné et déboussolé qu’aujourd’hui face au

Député de Ferké, ce jeune homme de la même génération que son enfant biologique. Serait-ce là pour lui le combat politique de trop ? Le chant du cygne est un signe dit-on. Et tout porte a croire que la fin, qui se profile humiliante, est imminente.

Melv Sage

Comments

comments

What Next?

Related Articles