08192018Headline:

Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, le successeur du président Ouattara en 2020 ?

Alassane Ouattara a exprimé sa volonté de transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020. Son ancien Premier ministre Guillaume Soro qui est au coeur du pouvoir depuis plus d’une décennie pourrait apparaître comme le portait robot de cet oiseau recherché.

À mesure que l’on s’achemine vers la présidentielle de 2020, plusieurs cas de figure se présentent quant aux éventuels successeurs du président Alassane Ouattara. Mais pour couper court à toutes supputations, le chef de l’État avait annoncé, lors de l’Assemblée générale constitutive du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), son intention de « transférer le pouvoir à une nouvelle génération » dès 2020.

Guillaume Soro ne s’est certes pas encore prononcé sur son éventuelle candidature à ces joutes électorales, n’empêche que ses ambitions présidentielles sautent aux yeux. Ses proches ne cessent également de marteler, à longueur de journée, qu’il est leur candidat pour la prochaine présidentielle. De même, lors de son passage sur le plateau de RFI et France 24, le Président de l’Assemblée nationale semble avoir pris le président Ouattara au mot en affirmant qu’il allait « réfléchir ».

Cependant, le chef du Parlement prend le soin de s’en remettre à ses aînés au moment de cette décision cruciale. « Mais je n’imagine pas engager cette réflexion sans en parler d’abord et principalement avec le président Alassane Ouattara et ensuite avec Henri Konan Bédié », s’est-il confié.

Cette subtilité de l’ancien Secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) dénote, non seulement, de sa maturité politique, mais aussi, et surtout de la prudence avec laquelle il compte aborder ce virage délicat. Cette prudence s’impose dans la mesure où Soro Guillaume dit souffrir « d’entourages quelquefois excessifs » du président de la République qui manoeuvrent pour l’éloigner d’ADO.

Notons toutefois que le président Ouattara avait annoncé, en janvier 2017, sa volonté de prendre sa retraite politique au terme de son second mandat en 2020. À 76 ans révolus, le président ivoirien songe à se faire succéder par une jeune génération, comme il l’avait fait remarquer lors de l’AGC du Parti unifié : « La France a aujourd’hui un président qui a 40 ans, je ne dis pas que je suis vieux, mais cela donne à réfléchir. Le monde change. Nous devons travailler, le président Bédié et moi, la main dans la main pour transférer le pouvoir à une nouvelle génération en 2020. »

Aussi, le chef du Parlement, qui était déjà dans cette confidence, a déclaré lors de son interview : « Quand il y a eu de folles rumeurs à propos du 3e mandat, je n’étais pas perturbé, car je savais que le président de la République – et je peux vous dire, car j’ai eu des entretiens importants et intenses avec lui – a toujours eu la posture et la volonté de passer le mandat en 2020 à une nouvelle génération. »

À ceux qui estiment que les relations entre lui et le président Ouattara ne sont pas au beau fixe, Soro tient tout de même à les rassurer : « Je peux dire qu’au-delà de nos entourages, notre relation demeure solide et excellente. »

À quel jeune ivoirien pourrait donc penser Alassane Ouattara pour sa succession en 2020 ? Seuls lui-même et certaines personnalités de son cercle restreint pourraient le dire. Quoi qu’il en soit, Guillaume Soro semble avoir pris une avance considérable sur ceux de sa génération. Plusieurs fois ministre dans les gouvernements successifs de Laurent Gbagbo, le natif de Diawala a occupé le poste de Premier ministre sous Gbagbo et Ouattara avant d’atterrir à la présidence de l’Assemblée nationale.

Auréolé de cette expérience, l’ancien patron des Forces nouvelles (FN, rébellion), par ailleurs vice-président du Rassemblement des républicains chargé de la région du Tchologo, s’est engagé dans la réconciliation nationale qui est devenue pour lui, la nécessité vitale pour guérir la Côte d’Ivoire.

En notre sens, son choix pour succéder à Ouattara ne serait que logique. Mais ne sait-on jamais, les calculs politiciens sont souvent loin de l’évidence.

 

afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment