05242017Headline:

Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié forever ?Le poste de vice-président, nœud de la future constitution

bedie adot

Côte d’Ivoire : Henri Konan Bédié forever ?

Le projet de révision constitutionnelle en Côte d’Ivoire suscite des interrogations mais il semble également aiguiser les appétits de certains…

Si le projet de révision constitutionnelle (un référendum est prévu en septembre-octobre) suscite bien des commentaires et des interrogations – parmi lesquelles le rôle et le statut du futur vice-président -, il semble également aiguiser les appétits des candidats à la succession d’Alassane Dramane Ouattara (ADO), prévue en 2020.

Voire en réveiller certains… Ainsi de l’inusable patron du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédié (82 ans), qui s’évertue à réclamer, en privé mais également auprès de membres influents de l’entourage d’ADO, la suppression, dans la loi fondamentale, de la limite d’âge (75 ans) pour (re)devenir président. Pouvoir, quand tu nous tiens…

jeuneafrique

 

Côte d’Ivoire: Le poste de vice-président, nœud de la future constitution

Dans le cadre des consultations qu’il a engagé le lundi 7 juin 2016 avec les différentes couches de la société ivoirienne pour son projet de mise en place d’une nouvelle constitution, le président Alassane Ouattara s’est entretenu lundi 13 juin 2016 avec les partis membres de la coalition au pouvoir. Le Rassemblement des houphétisites pour la démocratie et la paix (RHDP) se dit en phase avec les propositions du chef de l’Etat.

La création d’un poste de Vice-président et d’un sénat semble se positionner comme le noeud de la future constitution ivoirienne.

Après l’opposition le 7 juin qui s’est dite sceptique sur la question, puis les rois et chefs traditionnels le lendemain qui par contre y adhèrent mais ont créé la polémique quant à la limitation des mandats, c’est au tour des partis membres du RHDP de se prononcer. Ceux qui se réclament descendants de Félix Houphouët Boigny parlent le même langage que le président ivoirien.

Pour Ahmadou Soumahoro, le secrétaire général par intérim du RDR, le parti d’Alassane Ouattara, ”nous avons indiqué au chef de l’Etat notre soutien à la création du sénat et du renforcement des institutions présentes”.

”Pour éviter les risques de dérapages, nous avons soutenu cette idée de Vice-présidence qui permettra de garantir un intérim et une vacance du pouvoir”, ajoute-t-il.

Le PDCI-RDA par la voix de son Secretaire Exécutif Maurice Kakou Guikahué, soutient le planning proposé par le chef de l’Etat.

« la Vice-présidence fait partie des résolutions du dernier congrès du PDCI-RDA tenue en octobre 2015. Le Sénat en 1998, le PDCI l’avais déjà proposé », précise Maurice Kakou Guikahué .

Le président de l’Union pour la démocratie et la paix (UDPCI), le ministre des affaires étrangères Albert Mabri Toikeusse pour sa part attend de réunir les instances de son parti avant de se prononcer même s’il reconnait avoir fait une lecture préliminaire des propositions. Toute fois selon lui, la constitution de la troisième république « doit s’inspirer de nos conflits passés mais aussi prendre acte de nos points de consensus notamment dans le cadre des accords de Marcoussis ».

Les grandes lignes de la constitution élaborée pour 2020 sont entre autres la modification de l’article 35 relatif aux conditions d’éligibilité du président de la république, la politique du genre, l’école obligatoire, la réaffirmation de l’abolition de la peine de mort, la séparation des pouvoirs ou encore la limitations des mandats.

La réécriture de la constitution ivoirienne actuelle qui date de 2000 est confiée à uncomité de 10 experts dirigé par le Professeur Ouraga Obou et mis en place le 31 mai dernier.Elle sera soumis à référendum en septembre-octobre prochain, juste avant les éléctions législatives prévues au plus tard en décembre 2016.

APA

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment