04202021Headline:

Côte d’Ivoire: hommage à Pulchérie Gbalet, une devancière dans le domaine de la sociologie

Permettez-moi donc de vous féliciter aussi pour votre élection aux législatives 2021, qui s’inscrit dans la droite ligne de la promotion du leadership féminin dans la gestion de la chose publique. Madame la ministre, je devrais dire chère ainée, je me permets de m’adresser à vous en tant que femme, mère, sociologue et membre du gouvernement ivoirien pour vous présenter un narratif quelque peu différent sur une femme, une mère, une sociologue, une citoyenne en la personne de Pulchérie GBALET, aujourd’hui en prison.

A l’occasion de cette journée, et plus largement du mois de mars qui célèbre la femme, permettez-moi de rappeler comment vous avez été pour nous jeunes étudiants, dont Pulchérie GBALET, une devancière dans le domaine de la sociologie. Une discipline qui a contribué au formatage de la citoyenne qu’elle est devenue aujourd’hui. Pulchérie, et moi-même avons été nourris à la sève de la sociologie par nos professeurs, que dis-je, nos maîtres, que je ne citerai pas ici pour n’embarrasser personne.

En provenance de l’Université de Bouaké, nous étions un petit groupe de jeunes étudiants « privilégiés » conduit par un brillant jeune docteur en sociologie au Centre Petit-Bassam de l’ORSTOM, devenu plus tard l’IRD. Vous étiez une curiosité pour nous. C’était à une époque où nos parents se demandaient avec anxiété ce que devient un étudiant en sociologie.

Vous voir au Centre, au milieu de nombreux chercheurs hommes, a été déclencheur d’une foi en un avenir meilleur pour les jeunes dames du groupe, dont Pulchérie, qui voyaient en vous une sociologue épanouie, membre d’équipes et de programmes de recherche, prenant part à des conférences nationales et internationales. Madame la ministre, chère ainée, comme vous le savez, la sociologie a ouvert à vous, tout comme à nous, y compris Pulchérie, qui empruntions vos pas, l’esprit critique et d’analyse objective des problèmes de nos sociétés.

Contrairement à un discours avilissant de certains politiciens ignorants cette discipline, la sociologie développe et renforce l’esprit de liberté et de solidarité, clé de voûte du développement dans nos pays. Elle nous a fait embrasser des valeurs telles que la lutte contre les injustices sociales, le développement communautaire, la gestion des conflits dans un esprit de coexistence pacifique, la promotion de la démocratie et de participation communautaire, notamment des femmes dans nos sociétés fortement patriarcales.

Madame la ministre, c’était donc avec beaucoup d’entrain que nous passions de nombreuses heures dans la bâtisse en Géo-béton du centre de documentation et dans la salle informatique du Centre ORSTOM. Avec Pulchérie, nous rêvions de changer les choses. Positivement. Et, nous étions davantage convaincus de cela au regard de la chance inouïe que nous avions de côtoyer au quotidien nos maîtres, puis de prendre part aux débats intellectuels de qualité.

Nous apprenions davantage au cours du « rituel » de la pause-café de 10 heures sous l’apatam. Là, avec tous les autres, vous laissiez tomber la tunique des maîtres et le registre de la formule pour échanger en toute décontraction avec vos étudiants que nous étions. C’était là aussi des occasions inédites d’apprentissage sociologique entre café, thé, chocolats, rires et anecdotes sur des retours de missions à l’intérieur ou l’extérieur du pays.

Madame la ministre, chère ainée, Au vu de ce parcours, comment être surpris de l’engagement citoyen, du courage et de la probité dont fait preuve Pulchérie GBALET au moment où elle se trouve encore en prison ? Comme vous l’avez sans doute remarqué, Pulchérie est certainement dépeinte aujourd’hui comme une « activiste politique ».

Toutefois, je voudrais souligner qu’avant de s’intéresser aux sujets liés à l’amélioration du cadre institutionnel politique, elle a d’abord œuvré sur le plan social, notamment en assistant des personnes vulnérables, en particulier des femmes et enfants victimes d’injustices sociales. Elle a mené des campagnes de sensibilisation à la réconciliation et à la préservation de la paix sociale.

C’est à la libération de cette femme et mère de famille, cette sociologue et militante imprégnée des valeurs humaines, des droits de l’homme et de la liberté qu’avec un groupe d’amis nous appelons. En vous adressant cette lettre, je mesure le poids que votre entregent peut peser dans les plaidoyers en cours pour sa libération afin qu’elle retrouve ses enfants.

Pour vous qui êtes une femme sociologue et qui avez été en charge de la cohésion sociale au sein du gouvernement, vous savez plus que quiconque que l’environnement actuel de réconciliation nationale et de décrispation politique est propice à cet acte de clémence. Veuillez agréer, madame la Ministre et chère ainée, mes sincères et fraternelles salutations.

afriksoir.net

Comments

comments

What Next?

Recent Articles