10232017Headline:

Côte d’Ivoire humiliée/ Jeux de la francophonie, le grand raté de la clôture devant les autorités, crée une polémique sur les responsabilités

Du début à la fin ils auront été sujets à de nombreuses polémiques. Dernière en date qui polluent les jeux de la francophonie, le raté technique de sa cérémonie de clôture dimanche soir à Abidjan qui a ouvert sur une polémique.

Les faits, un incident électrique survenu lors du discours de Robert Mambé, Ministre en charge des jeux de la francophonie.

A l’origine de ce défaut, une défaillance dans les installations des prestataires commis à la gestion technique de l’évènement.

Cette situation a occasionné des courts-circuits qui ont affecté uniquement les compartiments des jeux de lumières de la scène, du son et des images, perturbant ainsi la retransmission de la Radio Télévision Ivoirienne (RTI).

Cet incident, en rien, selon nos informations, de la responsabilité de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE), contrairement à ce que certains ont tenté, peut être pour diversion, d’affirmer sur les réseaux sociaux, a néanmoins nécessité une réaction de la part de ses équipes, en portant assistance aux techniciens du prestataire, retenu par le comité d’organisation des jeux.

La situation est totalement rentrée dans l’ordre au bout de 13 minutes.

Contactée la  CIE explique qu’en dehors de cet  incident survenu dans les installations intérieures du prestataire technique, les installations électriques gérées par la  CIE n’ont enregistré aucune défaillance avant, pendant et après la cérémonie de clôture.

Elle précise avoir déployé un important dispositif en mobilisant une équipe de 200 techniciens expérimentés pour assurer la permanence sur le réseau de production transport  afin de sécuriser la fourniture de l’électricité durant toute la période des jeux.

Enfin, ses équipes d’astreintes ont été renforcées afin d’également assurer la permanence sur tous les sites stratégiques de l’évènement qui aura brillé par, contexte socio-politique compliqué oblige, l’indifférence populaire.

Amy Touré, Abidjan

koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment