10172017Headline:

Côte d’Ivoire /La cité administrative du plateau n’appartient plus à l’Etat jusqu’en 2023 : Les explications…

cite-administrative

L’Etat de Côte d’Ivoire a hypothéqué une partie de son patrimoine. En l’occurrence la Cité administrative sis à Abidjan-Plateau qui abrite l’immeuble du Centre de commerce international d’Abidjan (CCIA), valorisé à 98 milliards de F CFA, et les tours administratives A et B qui sont le siège de plusieurs ministères, dont la valeur est estimée à 67 milliards de F CFA.

Selon les informations récoltées par Jeune Afrique qui révèle l’information, cette hypothèque est inhérente à l’emprunt de l’Etat de Côte d’Ivoire auprès de la Banque islamique de développement.

Cet emprunt obligataire, le deuxième du genre en moins d’un an, est appelé sukuk et est un instrument de financement de marché qui est une alternative aux instruments classiques qui, portant intérêt, sont illicites selon l’islam. A défaut d’intérêts, les sukuk sont adossés à un actif sous-jacent (et obligatoirement licite aux yeux de l’islam) dont le rendement est généralement utilisé pour rémunérer les investisseurs, précise le confrère.

Notons que c’est en début du mois d’août que le Trésor public ivoirien a lancé un emprunt obligataire de 150 milliards F CFA (228,6 millions d’euros) sous forme d’obligations islamiques conformes à la charia.

 

Auteur: Derome -web-News

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment