08182017Headline:

Côte d’Ivoire : La guerre Ouattara-Mabri Toikeusse fait rage/ce qui se passe

Le divorce entre l’UDPCI et le RHDP semble désormais consommé. Depuis quelques jours, la guerre larvée qui s’est déclenchée entre ces deux mouvements politiques, naguère alliés, s’est étendue sur tout le pays.

Les dissensions survenues entre l’UDPCI et les autres partis membres du RHDP, notamment le RDR et le PDCI-RDA, à la faveur du choix des candidatures pour les élections législatives du 18 décembre 2016, sont prises très au sérieux par les militants de l’UDPCI. Surtout que ces dissensions avaient entrainé le limogeage sans aucune forme de procès du président du parti, le Dr Albert Mabri Toikeusse, du gouvernement. A Divo, l’invalidation de l’élection du candidat du parti arc-en-ciel, Dr Famoussa Coulibaly, à la suite des législatives du 18 décembre 2016, a envenimé les rapports entre partisans de Mabri Toikeusse et partisans du Président Alassane Ouattara.

A l’occasion du nouveau vote qui aura lieu ce samedi 28 janvier pour départager le candidat du RHDP, Koné Lassina dit ‘’Bazo’’ et celui de l’UDPCI, Dr Famoussa Coulibaly, la tension a refait surface. Lors du premier meeting de campagne de son poulain mardi à Divo, Albert Mabri Toikeusse a déclaré non qualifiable l’invalidation de l’élection du Dr Famoussa Coulibaly, candidat déclaré vainqueur par la CEI avec plus de 4000 voix de différence.

«En Côte d’Ivoire, ceux qui ont gagné avec plus de 4000 voix n’atteignent pas la trentaine. L’invalidation de l’élection de Famoussa est une injustice que nous ne pouvons pas qualifier. Nous n’avons pas été appelés par le Conseil constitutionnel », avait-il dénoncé. Sans le citer nommément, l’ancien ministre des Affaires Etrangères n’a pas manqué de voler dans les ailes du chef de l’Etat qui fait face depuis maintenant un mois à la plus dur fronde sociale jamais survenue depuis son accession au pouvoir en mai 2011. « Nous avons travaillé dans le gouvernement parce que nous savons que ce pays a besoin de cohésion. Ce pays est à la recherche d’hommes capables d’établir l’équité entre toutes les filles et tous les fils du pays. Ce pays a besoin d’hommes capables de rassembler tous les Ivoiriens », martèle Mabri Toikeusse.

Ce même mardi, dans la matinée, c’était d’abord le candidat du RHDP, le député sortant, Koné Lassina qui        accusait l’UDPCI d’être à la base du pillage suivi du saccage de la ferme et de l’hôtel du maire Amedé Kouakou, survenus le 1er janvier après l’annonce de l’invalidation de l’élection du Dr Famoussa Coulibaly. « Seule la victoire du RHDP le 28 janvier pourra permettre de tourner la page des vols de l’UDPCI. Ils ont volé au ministère. Maintenant qu’ils ne sont plus au ministère, ils sont allés voler les écrans plasma et les poulets du maire  (…) Si Mabri est venu s’installer à Divo, il sait ce qu’il recherche. Il espère avoir des députés pour devenir président de la République en 2020. Mais Mabri sera surpris. Divo a besoin d’un député RHDP pour accompagner les actions du Président Alassane Ouattara », avait-t-il lancé. Quoi qu’il en soit, à Divo, Mabri Toikeusse est présenté par nombre de ses partisans comme le successeur du Président Alassane Ouattara en 2020. Prophétie ou simple conviction ? En tout cas, on ne peut pas empêcher un homme de rêver.

Ce samedi 28 janvier, les populations de Divo sont appelées au vote. Elles iront choisir leur représentant à l’Assemblée nationale entre 7 candidats dont les plus en vue sont les candidats Famoussa Coulibaly et Koné Lassina dit ‘’Bazo’’.

David YALA  

linfodrome

 

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment