09252020Headline:

Côte d’Ivoire : La mare politique se trouble avant la présidentielle 2015

rhdp

La présidentielle de 2015 s’annonce très mouvementé. D’ores et déjà, les quartiers généraux des deux plus vieux partis politiques ivoiriens que sont le PDCI-RDA et le FPI (Front populaire ivoirien), sont à cran.

On assiste à une guerre de positionnement au sein de ces deux partis. Chacun pourrait présenter un candidat contre l’actuel président de la république, Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession et soutenu par la famille des houphouétistes (RHDP), dont le RDR, son parti, est membre.

Les caïmans s’agitent déjà dans la mare politique . Du côté du FPI, Pascal Affi N’Guessan a repris le contrôle du parti, après son séjour carcéral à la prison de Bouna. Toutefois, à la veille du grand congrès de ce parti qui doit se tenir le 11 décembre prochain, on assiste à un profond malaise, en somme un déchirement entre les militants au sujet du choix du président du parti qui, dans la foulée, sera le candidat désigné pour la présidentielle de 2015.

Les détracteurs de Affi N’Guessan, au sein de son propre parti, voient en lui un homme dangereux, qui s’emploierait à enterrer politique son ancien mentor, Laurent Gbagbo, celui-là même à qui il doit tout.

Ont-ils tort de se dresser contre l’actuel président contesté du parti qui rêve d’un destin national ? En tout cas, l’homme serait perçu comme un pion du pouvoir ivoirien, qu’il faudrait à tout prix empêcher d’arriver à ses fins. Or, peut-on compter sur Laurent Gbagbo, aussi charismatique soit-il, qui croupit dans les geôles de la CPI et qui ne semble pas prêt d’en sortir ?

La candidature de Kouadio Konan Bertin doit être prise au sérieux par les proches du président ADO

Pendant que le parti de Laurent Gbabgo offre en ce moment, le triste spectacle, l’image d’un panier à crabes, au PDCI, également, l’heure est aux disputes, alimentées notamment par les ambitions présidentielles d’un certain KKB (Kouadio Konan Bertin). Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce jeune cadre du parti, a les dents longues. Et il ne s’en cache pas.

On peut donc comprendre qu’il fulmine à l’idée que ses ambitions pour les plus hautes fonctions de l’Etat, soient contrariées par Henri Konan Bédié qui ne veut pas de candidat PDCI opposé à ADO à la présidentielle à venir. On peut comprendre d’autant plus le dépit de KKB, que, comme le susurrent certains, le PDCI et le RDR seraient parvenus à un accord selon lequel le parti cinquantenaire devra attendre son heure, soit en 2020, pour se voir confier les rênes du pouvoir.

Il n’est pas exclu qu’en cas de deuxième tour, l’aile radicale du FPI se rallie à KKB du PDCI, au détriment d’Affi N’Guessan et des pro-Bédié

Si tel est le cas, on peut se demander si un tel accord survivra à l’épreuve du temps. De fait, cet accord lierait sans doute deux individus, en l’occurrence Henri Konan Bédié et Alassane Dramane Ouattara, et non les deux partis au sein desquels il pourrait s’en trouver des gens pour le remettre en cause.

Comme on le voit, on ne sait jamais ce dont demain sera fait et on peut comprendre l’agitation de tous ceux qui, au sein du PDCI, sont pour que ce parti prenne ses responsabilités et, en l’occurrence, croise le fer avec le RDR.

En tout état de cause, la candidature de Kouadio Konan Bertin doit être prise au sérieux par les proches du président ADO. Ce d’autant que KKB bénéficie du soutien de certains cadres du parti qui, pour le moment, ne veulent pas trop s’exposer. L’heure viendra certainement où ils sortiront du bois.

Quant à la candidature contestée de Pascal Affi N’Guessan, si elle venait à être rejetée par les partisans de Laurent Gbagbo et que celui-ci décidait à tout prix de se présenter en candidat indépendant, il n’est pas exclu qu’en cas de deuxième tour, l’aile radicale du FPI se rallie à KKB du PDCI, au détriment d’Affi N’Guessan et des pro-Bédié. Une telle alliance ferait fi des considérations idéologiques.

Ben Issa TRAORE
Retrouvez cet article sur lepays.bf

Comments

comments

What Next?

Recent Articles