10212017Headline:

Côte d’Ivoire: c’est chaud! La mutinerie militaire gagne la commune « présidentielle » de Cocody, des tirs à Anyama

24 heures après la mutinerie  militaire de Bouaké et autres villes de l’intérieur, c’est autour du district Abidjan de connaître des tirs de sommation émis par les soldats mécontents.

La commune de Cocody où habite le chef de l’État vient d’entrer dans la danse de cette chaîne de soulèvements militaires, constate Koaci.com sur place.

« Le Boulevard Mitterrand est bloqué par les forces militaires du camp d’Akouédo qui tirent en l’air le long de la voie et empêchent l’accès à la commune périphérique de Bingerville. »

Les premiers signalements ont retenti entre 11h et midi par des déviations de véhicules.

Les conducteurs ont été enjoints de faire demi tour pendant que les commerçants à la demande de militaires encagoulés ou encharbonnés se dépêchent de fermer leur magasins.

Les plus grandes surfaces de la place sont toutes closes. En l’occurrence Cap Nord, Orca, Abidjan Mall, la grande agence Orange du carrefour 9km…

Alors que ces nombreux piétons sur le boulevard Mitterrand s’arment de courage pour continuer le chemin à pied, le barrage dressé par les soldats révoltés au sur la voie au carrefour palmeraie et les tirs de sommations poussent plusieurs à courir à tout va.

Les activités économiques dans les autres communes du District d’Abidjan sont directement ou indirectement perturbées par la mutinerie  militaire qui s’étend.

À Anyama des tirs ont été signalés par des témoins tandis qu’au niveau d’Abobo et Adjamé, zones de forte affluence commerciale, des rumeurs de sauve-qui-peut poussent les commerces à faire rentrer leur marchandises dans la débandade.

Dans un contexte ou les éléphants footballeurs ont bénéficié d’environ quatre milliards pour la CAN, les militaires réclament un meilleur traitement salarial, des primes dues et une progression professionnelle plus accessible.

Koaci

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment