09252017Headline:

Côte d’Ivoire /La violence ressurgit, on parle déjà ”d’après-Ouattara’

Amulette-anti-balle dozo

Le village de Neko incendié

C’est l’actualité de ce mardi 10 novembre 2015. Le village de Néko situé dans la région de Lakota a été le théâtre de violences hier, mardi 9 novembre 2015. Cette localité qui est également le village natal du défunt ministre Boga Doudou est au centre de la publication du jour de Soir Info. « Violentes représailles à Lakota: le village de Boga Doudou attaqué par des hommes armés », livre le quotidien à sa Une. Le journal fait savoir que des affrontements entre les communautés Dida et Bété ont conduit à l’incendie de plusieurs habitations et d’importants dégâts matériels. « A l’origine de ces évènements, une banale affaire de titre de transport entre un chauffeur et un passager ». Le journal fait cependant remarquer que cette affaire a débouché sur la mort accidentelle du chauffeur.

De son côté, Le Temps croit savoir que des chasseurs traditionnels Dozos sont à l’origine de ces violences. « Lakota: des Dozo attaquent le village de Boga Doudou », titre en manchette le journal. « Tous mes habitants ont été dépossédés de leurs biens. Tous les greniers vidés de leurs contenus. Toutes les cases et autres habitations ont été incendiées. C’est la triste réalité que connait le quartier Domaboué de Neko, village natale de feu Boga Doudou dans le département de Lakota », écrit le quotidien qui fait savoir que les parents du transporteur au coeur de ces incidents ont « contacté les Dozo pour se venger ».

Pour sa part, L’Expression croit savoir ce qui s’est réellement passé dans ce village. « Affaire ‘’Le village de Boga Doudou incendié’’: toute la vérité sur la mort d’un transporteur », livre à sa Une le quotidien. Selon le quotidien, la mort du transporteur ne serait pas accidentelle. « Lors de cette rixe, le jeune ressortissant de Néko aidé de ses amis tabassent copieusement le chauffeur avec un bois ramassé par terre jusqu’à ce qu’il perde connaissance, dans le sang, il est jeté agonisant dans un véhicule qui passait par là. Ouattara Ibrahim décèdera de ses blessures les minutes qui suivent », relate le quotidien.

Présidentielle 2015

Plusieurs jours après son dénouement, l’élection présidentielle d’octobre 2015 continue d’alimenter les débats au sein de la classe politique ivoirienne. Ainsi, l’après-Ouattara est déjà évoqué. « Après les élections wouya wouya : de graves révélations sur une démission programmée de Ouattara », écrit Le Quotidien d’Abidjan. Selon le journal, Ouattara a émis l’hypothèse d’abandonner son poste à un vice-président dont le rôle et les attributs seront constitutionnellement définis. À l’en croire, un nouveau gouvernement présentement en gestation verra le jour en 2016 et sera conduit par l’actuel Secrétaire général adjoint de la présidence en charge des affaires financières, Thierry Tanoh.

Nord Sud Quotidien livre à sa Une : « après la réélection du chef de l’Etat/ ce que le Rdr demande à Ouattara ». Adressant un communiqué au chef de l’État, lors de la première réunion du bureau politique du Rassemblement des républicains, celui-ci reste convaincu que le président Alassane Ouattara mettra à profit ce deuxième mandat pour : « poursuivre l’oeuvre de développement qu’il a engagée, renforcer la démocratie, approfondir le processus de réconciliation nationale et intensifier les efforts d’amélioration du bien-être des populations ».

Quant à la présidentielle de 2020, des potentiels candidats et/ où leurs soutien ont commencé à affûter leurs armes. « Présidentielle 2020 : ce qui se fait pour Soro et Hamed Bakayoko », fait savoir Soir Info. Selon le quotidien, « des pages Facebook ont été crées, récemment, pour faire la propagande de Soro Guillaume et d’Hamed Bakayoko ».

Linfodrome.ci

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment