12142017Headline:

Côte-d’Ivoire: Le commissaire de police de Bongouanou mis aux arrêts /Affi Nguessan et Ahoua N’doly annoncés

Pascal-Affi-Nguessan

Après les affrontements de Broukro

Le commissaire de police de Bongouanou mis aux arrêts

Une enquête ouverte.Affi Nguessan et Ahoua N’doly annoncés

Le commissaire de police de Bongouanou a été mis aux arrêts, suite aux violents affrontements survenus le mardi 17 mai à Broukro.

Cet officier de police est en détention préventive dans le cadre de l’enquête relative à cette affaire qui a porté un véritable coup de massue à la cohésion sociale qui prévalait dans cette localité située dans le département de Bongouanou, région du Moronou. Il s’est retrouvé dans cette situation parce que deux personnes ont trouvé la mort et plusieurs blessés ont été enregistrés au moment où certains de ses éléments intervenaient pour contenir un mouvement de foule.

Le nommé Adjémian Brou Eugène a trouvé la mort après avoir reçu, en pleine poitrine, un projectile tiré par les agents de sécurité. Un enfant est également décédé après avoir inhalé du gaz lacrymogène. Le commissaire du gouvernement, Ange Kessi Kouamé, fils de la région, s’est rendu sur les lieux le jeudi 19 mai, en compagnie du procureur de la justice de Bongouanou et du préfet de région du Moronou, pour l’ouverture d’une enquête.

Cette délégation est allée à la rencontre des populations en vue de les informer des démarches en cours pour faire la lumière sur cette affaire, mais aussi pour situer les responsabilités. « Ces autorités judiciaires et administratives sont venues nous dire que le commissaire de police de Bongouamou a été arrête. Nous ne doutons pas de leur bonne foi. Mais nous allons chercher à vérifier et constater cette arrestation », a lancé, vendredi 20 mai, au cours d’une communication téléphonique, le président des jeunes de Broukro, Adjémian Kacou, frère du défunt Adjémian Brou Eugène.

Outre l’arrestation de cet officier de police, le corps du défunt Adjémian Brou Eugène a été transféré de la morgue de Bongouanou à Ivosep à Treichville, où il va subir une autopsie. Cela en vue de confirmer les témoignages relatifs aux circonstances de son décès et situer les responsabilités. Jeudi 19 mai, le président des jeunes de Broukro, Adjémian Kacou, a été auditionné au commissariat pour nécessité d’enquête. Il a dit sa part de vérité sur cette affaire qui, en plus de créer l’émoi dans le village, a fragilisé la cohésion sociale. « Au début de cette affaire qui remonte à 2013, nous avons interpellé les autorités politiques, administratives et judiciaires, en vain. Il a fallu qu’il y ait mort d’homme pour qu’elles prennent l’affaire au sérieux », s’est-il plaint.

A ce jour, le calme est revenu, mais les jeunes disent avoir encore gros sur le cœur parce qu’ayant perdu un des leurs et ”avoir été abusés” dans la gestion du foncier du village par la notabilité. La gestion du patrimoine foncier de Broukro est à la base de cette situation. La jeunesse avait dénoncé une malversation et exigé des comptes à la notabilité. Ce litige interpelle plus d’un sur la nécessité pour les autorités politiques, administratives et judiciaires de tout mettre en œuvre pour régler au plus vite ce problème qui pourrait dégénérer. Affi N’Guessan, président du Fpi, et le ministre Ahoua N’doly y sont annoncés aujourd’hui samedi 21 mai pour apporter leur contribution au règlement de cette affaire qui se présente comme une bombe et qu’il faut désamorcer pour préserver des vies.

Marcelle AKA

linfodrome.com,

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment