03242019Headline:

Côte d’Ivoire: Le Front populaire ivoirien condamne et exige la libération immédiate des leaders syndicaux «arrêtés puis incarcérés illégalement»

Côte d’Ivoire: Le Front populaire ivoirien condamne et exige la libération immédiate des leaders syndicaux «arrêtés puis incarcérés illégalement»

Le Front populaire ivoirien (FPI) a, dans un communiqué signé de sa Secrétaire générale Agnès Monnet, condamné et exigé la libération immédiate des leaders syndicaux «arrêtés puis incarcérés illégalement», du fait de la grève généralisée qui secoue l’ensemble du système éducatif ivoirien, depuis un mois. Le parti de Pascal Affi N’Guessan recommande au gouvernement la création de conditions favorables à un retour à la paix dans le système éducatif en abrogeant toutes les décisions de revocations et de suspension visant ces leaders syndicaux.

Ci-dessous l’intégralité du communiqué du FPI

Communiqué du FPI relatif à la crise dans l’école

Depuis quatre semaines, l’école ivoirienne est en crise, tant au niveau du primaire, du secondaire que du supérieur.

A tous ces niveaux d’enseignement, les revendications des syndicats portent essentiellement sur l’amélioration de leurs conditions de vie et leurs conditions de travail.

En lieu et place d’une recherche de solutions concertées à ces revendications légitimes, le gouvernement procède à des intimidations, des interpellations, des arrestations et à des incarcérations.

C’est dans ce contexte que le FPI apprend l’arrestation et l’incarcération à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA), de M. Kouassi Zamina Johnson, secrétaire général de la Coordination nationale des enseignants du supérieur et de la recherche (CNEC).

Le FPI, attaché à la liberté syndicale et aux libertés fondamentales, de façon générale, condamne avec fermeté l’arrestation des leaders syndicaux et demande leur libération immédiate et sans conditions.

En ces moments difficiles, le FPI assure tous les enseignants victimes de violation flagrante de leurs droits fondamentaux de sa solidarité et de son soutien.

Le FPI appelle, par ailleurs, le gouvernement à créer les conditions de la paix dans le système éducatif en rapportant toutes les décisions de sulesspension et de révocation visant les leaders syndicaux.

Lire la suite sur: www.afrique-sur7.fr

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment