09282020Headline:

Côte d’Ivoire : le RHDP en conflit avec lui même ?

Selojn le confrère Afriksoir.net , Cissé Seint, un profil proche du RHDP bien connu sur la toile ivoirienne, se révolte contre la candidature à un troisième mandat du Président Alassane Ouattara.

Il réclame des poursuites judiciaires contre des membres du Comité d’experts de la Constitution.
« Je ne m’oppose pas à la candidature du président Alassane Ouattara parce que je veux juste me jouer « les rebelles ». Mes arguments pour dire non au président sont très bien solides », a déclaré Cissé Seint, dans le groupe Observatoire démocratique en Côte d’Ivoire (ODCI).
Il en donne les raisons. « Un : mon Président m’a toujours dit qu’il est un homme d’honneur et qu’il faisait toujours ce qu’il disait. Il n’est pas menteur.

Deux : Cissé Bacongo qui est son conseiller juridique et qui est co-rédacteur de la constitution de 2016 à travers plus de dix vidéos sur des chaînes de télévisions différentes a affirmé que papa ne peut plus être candidat. Les preuves sont là ».

Il poursuit. « Trois : Ouraga Obou, « le chef » de ceux qui ont rédigé la constitution dit que la constitution de 2016 interdit aux président Alassane Ouattara ne peut pas être candidat. Quatre : le ministre de la justice de Côte d’Ivoire M. Sansan Kambilé qui a affirmé haut et fort devant l’Assemblée nationale de notre pays qu’il est IMPOSSIBLE au Président Alassane Ouattara d’être candidat ».

Cinquième et dernière raison, selon lui : « Le gouvernement de Côte d’Ivoire lui-même avec preuve écrite à écrit que le Président ne pouvait plus briguer de mandat. Mon opinion changera quand M. Adou Richard, procureur de la République (s’il l’est encore) arrêtera Cissé Bacongo, Ouraga Obou et le ministre Sansan Kambilé pour avoir menti à des millions d’Ivoiriens ».

Il précise : « Pour moi, c’est la Côte d’Ivoire d’abord avant les hommes politiques. Je ne peux trahir la Côte d’Ivoire ». Notons que les trois personnes citées n’ont pas encore fermement remis en cause leurs premières déclarations. A une conférence de presse du RHDP, jeudi, Cissé Bacongo a reprécisé sa position. « Ce que nous avons dit, sans doute qui a été sorti de son contexte, c’est que nous avons affirmé haut et fort que le président Alassane Ouattara ne peut pas faire un troisième mandat », a-t-il déclaré.

« La question a été posée par Affi N’Guessan et feu Atteby Williams. Et nous avons répondu que le président en exercice ne peut pas faire un troisième mandat. Mais bien évidement, ni sur la constitution de la deuxième République ni sur celle de la troisième, il n’y a pas de possibilité de faire un troisième mandat », précisant, au grand dam d’Adama Bictogo, qui a dû le recadrer, en affirmant qu’il s’agissait plutôt du « premier mandat de la troisième République ».

Sapel MONE

Comments

comments

What Next?

Related Articles