10192017Headline:

Côte d’Ivoire – Le tourbillon de l’émergence” MICROBES, BROUTEURS, GNAMBROS”

gnambro vs chauffeur

Une classe politique qui ridiculise ses intellectuels est une classe politique moribonde, une société qui ne croit plus en ses élites est une société désespérée. Une nation qui ne peut s’appuyer sur ses forces vives, transforme ses rêves en désillusions et son émergence en cauchemars. Inversement, des intellectuels qui refusent de participer à la vie politique et sociale de leurs nations, sont des intellectuels décadents; des élites qui gardent le silence sous le manteau d’acier de la neutralité dans une société du mépris, sont elles-mêmes méprisantes. Avons-nous besoin de nous taire et de laisser la politique aux seules mains des politiciens? La décadence intellectuelle aura entraîné la décadence politique et morale de nos sociétés africaines. Il aurait fallu être d’airain pour rester indifférents aux douleurs que subissent les peuples africains : manque de formation politique avérée, absence de vision claire et limpide de l’avenir, décrépitude de l’éthique politique, dégringolade des valeurs, effritement du vivre-ensemble, déchirure sociale, refus de reconnaissance des valeurs personnelles et collectives, mépris total et généralisé. Notre classe politique est aux antipodes de l’émergence des nations dans une société, elle-même en lambeaux.

La délinquance juvénile taraude les villes africaines et compromet, dangereusement, l’espérance de lendemains paisibles. La pauvreté ne laisse plus le choix à la couche sociale qu’elle asservit. Les jeunes désœuvrés estiment qu’ils doivent arracher leur pitance à ces fortunes fondées sur des corruptions et des maniements des armes dans une société du mépris incapable de penser sa propre jeunesse. Au risque de leur vie, les uns amassent ce que les autres perdent. Dans une société africaine en pleine mutation, l’équitable redistribution des richesses est biaisée et l’émergence devient un slogan populiste. La corruption atavique, les dénis de justice, le cumul des postes dans la haute sphère bourgeoise sont les causes du déséquilibre social. La crise éducative renforce les violences des syndicats estudiantins qui ne semblent pas voir de perspectives d’emplois à la fin de leur formation. La masse éjectée des systèmes éducatifs onéreux et inadaptés aux réalités locales se reconvertit dans le banditisme, dans les travers d’une génération oubliée et prennent les noms de MICROBES, BROUTEURS, GNAMBROS, dans un pays dit émergent, dans lequel les chantiers poussent comme des champignons tandis que le peuple meurt comme des mouches. Cette génération zombie, née des crises politiques, ne pense son avenir que dans l’auto-destruction. L’achèvement de cette lutte pour la reconnaissance est l’intégration des cellules terroristes, à défaut de prendre la mer et de se laisser emporter par son propre suicide, dans l’illusion de trouver un bonheur incertain, sous les eaux ténébreuses de l’immigration clandestine. De toutes les façons, quand on ne sait plus où aller, où faut-il aller? N’est-il pas digne de mourir pour sa propre reconnaissance que de vivre dans le silence et le mépris des siens?

Pour y remédier, l’idée fabuleuse des politiques est le renforcement, à coup de milliards, des capacités militaires. Pourtant, une école construite et un emploi offert permettraient de faire l’économie d’une violence sociale qui avilit aussi bien la victime que le bourreau. Une école heureuse est une société épanouie; une école studieuse et une jeunesse bien formée est le gage d’une société en devenir resplendissant, d’une société émergente non de mode, mais de principe et d’essence.
Dans la gangrène politique africaine, il est temps de penser aux générations futures, de former la jeunesse d’aujourd’hui pour bâtir une nation forte de demain et donner un véritable certificat de naissance à nos États. L’Heuristique de la peur dont parlait Hans Jonas, peut-il encore avoir un sens en Afrique? Avons-nous peur de devenir la risée des autres continents et des autres peuples? Avons-nous peur, dans certains pays, de tripatouiller des constitutions pour nous maintenir au pouvoir pour que l’histoire ne retienne de nous que notre seule grande intelligence ferme et fermée , la seule, apte et digne, capable de diriger nos États? Avons-nous peur de voir disparaître nos États du fait de nos aptitudes déviationnistes et délictueuses? Peur de notre nombrilisme à penser que nous sommes les seuls grands savants, les seuls éclairés et les seuls dignes de confiance? Où se trouve donc notre capabilité à honorer notre propre dignité, celle de nos peuples et notre race, à faire preuve de mesure et à demeurer des hommes de valeur? Nos lois fondamentales doivent être justes et respectées de tous. Une fois que le nombre de mandat fixé par la constitution est épuisé, vouloir user de subterfuges pour briguer un mandat de plus, c’est infliger au peuple l’infamie de trop. Les institutions doivent être fortes et impersonnelles et l’alternance régulière des personnes qui les incarne est nécessaire. Mais nos mégalomanes d’Afrique arborent une nouvelle veste : celle de “constitutionnaliste de circonstance” et de l’unique- homme-éclairé, seul capable de pouvoir diriger et gérer indéfiniment un peuple, son peuple, selon ses valeurs et ses faveurs. Ils imposent des constitutions personnalisées et ouvrent les vannes des déchirures identitaires. Le soleil d’une seule personne ne peut briller éternellement, en tous lieux et en tous sens, sans s’affaiblir, inexorablement. Une seule brindille ne fait pas le balai. Ces hommes qui s’identifient au pouvoir au point de vouloir s’y éterniser finissent par travestir les institutions sacrées. Ils redéfinissent alors les missions régaliennes de l’État suivant leurs vœux singuliers. Cette entorse à la démocratie et à l’émergence des nations africaines, pour se légitimer, brandit deux arguments fallacieux : le suffrage favorable du peuple et l’achèvement des projets entamés. Quelle crédibilité vouée à des régimes qui ne perdent jamais les élections qu’ils organisent ? Et puis, un programme non achevé n’est-il pas un cinglant aveu d’incompétence? Dans de telles situations, que faire?

Pour notre part, dans la batrachomyomachia africaine, nous pensons qu’il faut substituer à la porno-politique, la réalpolitique, la politique sociale objective, celle qui consiste à mener le débat, à faire re-venir le combat de la politique dans l’arène des idées, à respecter son éthique langagière et opposer à sa déréliction la sympathie du mot, l’humilité du verbe, la grandeur des signifiances et la reconnaissance du devoir-être. Au slogan de la division, nous entonnons l’hymne de la ré-conciliation; nous opposons au mépris, la reconnaissance de chacun et de tous; nous ne voudrions pas non plus être oublieux de notre histoire commune, très récente, bien que douloureuse. Nous pensons qu’il faut viser l’avenir et refuser de s’apitoyer sur nos meurtrissures passées. Les peuples qui restent recroquevillés sur leur passé sont incapables d’assurer leur propre présent et demeurent prisonniers de leur à-venir; ils ne sont plus maîtres d’eux-mêmes, ils appartiennent aux autres. Les peuples enclins à l’immobilisme identitaire desséchant et incapables de transcender leur passé, demeurent des proies faciles, des peuples faibles, sans ambitions, esclaves d’eux-mêmes, des autres et de leurs propres destins. Toute naissance est douloureuse, même par césarienne; il faut le réconfort et le savoir-faire du personnel médical pour que la poussée soit plus forte afin que de la douleur rejaillisse subrepticement le plaisir de l’enfantement, afin que du silence retentisse le cri perturbateur de la vie. Ainsi en va-t-il de l’avenir des nations conquérantes, du sursaut des peuples qui refusent de s’agenouiller, de se coucher et de refuser de se relever. Nous refusons de faire partie de ces peuples-là et d’être la honte des générations futures; nous refusons d’abdiquer. Nous ne nous obstinons pas à tourner le dos à notre passé, nous devons l’assumer, mais en l’affrontant courageusement, avec lucidité, non de dos, mais de face. Nous avons l’ultime conviction que demain, nos enfants liront de ce passé, de nouvelles pages glorieuses que nous aurions écrites ensemble, aujourd’hui, malgré nos différences. Nous avons foi en notre histoire, mais nous préconisons de taire notre passé rocambolesque pour que parlent le présent et le futur sans l’ignorer, pour que de son âme, scintillent les larmes de joie et de récompense après le labeur. Nous pensons que notre re-naissance nous oblige à reconnaître les efforts de notre peuple, mais aussi de chacun de nos dirigeants; un dirigeant n’est fort que parce que le peuple lui est obéissant et dévoué; et inversement, un peuple n’est fort et respecté que s’il a des dirigeants éclairés et courageux. Et les dirigeants ne sont éclairés et courageux que s’ils sont éduqués à la chose publique, à la république, et qu’ils n’ont pour boussole que la pensée et l’action.

Pour La Cellule Universitaire de Réflexion et d’Action pour la Côte-d’Ivoire(CURACI)
uraci.ci@yahoo.com

Professeur Samba DIAKITÉ, Titulaire, Philosophie africaine, philosophie de la culture et du développement,Université Alassane Ouattara de Bouaké
Chercheur au Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées sur l’Afrique, Université du Québec à Chicoutimi, Canada

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment