09222017Headline:

Côte d’Ivoire-Législatives 2016 à Abobo: 45 candidats pour détroner le ministre Toungara

adaman toungara

Dans le parti de la case, malgré les missions de la Direction du parti pour une paix des braves et rationnaliser les appétits des uns et des autres, tout ne semble pas aller comme sur des patins à roulettes. Le lundi 26/9 eh bien, une rencontre a lieu entre 43 des 46 candidats à la candidature, afin de raffermir les positions dans ce bastion du RDR. C’est qu’il fallait faire la paix des braves et parer au plus pressé puisque le 21/7 dernier jour, du dépôt des candidatures au sein du parti dont le siège trône à la rue Lepic, on a enregistré 46 postulants. Alors que la Direction du parti a mis sa confiance dans les dirigeants locaux, plusieurs militants de la zone et non des moindres, candidats à la candidature, donnent déjà de la voix. C’est que chacun estime avoir assez souffert pour la bonne cause (sic) et veut sa part de gâteau. Désavouant ainsi la Direction du parti qui semblerait – malgré l’impopularité des élus locaux sur le terrain – vouloir renouveler sa confiance pour les joutes électorales prochaines, aux élus sortants. Ce lundi donc, avait lieu la rencontre de la dernière chance entre 43 de ces candidats à la candidature. Et alors que certains préconisent de faire rempiler les cadres de la zone du RDR pour un énième poste de député, des voix discordantes se sont fait entendre. Pour Tion Bi Stéphane, commissaire politique du RDR à Abobo, «on ne peut pas continuer à se foutre de nous, et il faut que les anciens députés viennent nous faire un bilan. Il y a trop de cadres pour qu’on continue à faire l’apologie des médiocres». Dans la même veine, Touré Kennedy indique qu’il ne «faut s’en remettre qu’à la direction du parti». Soumahoro Amidou, candidat et secrétaire de section RDR d’Abobo demande à son tour que «la direction locale arrête de faire la politique de l’à peu près, sans se référer à la hiérarchie, sans réflexion et anticipation. On ne peut pas continuer comme ça, il faut de nouveaux leaders qui respectent la direction et la base». Somme toute, ils menacent d’aller en candidatures indépendantes. Pour le moins que l’on puisse dire, c’est que Adama Toungara n’est pas sorti de l’ornière! Mais comme on n’a jamais vu un ministre – fut-il décrié – être délaissé par le parti pour d’autres, ils peuvent toujours continuer à rêver…

L’Eléphant déchainé

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment