07212017Headline:

Cote d’Ivoire: L’entrée sur le territoire ivoirien maintenant avec un passeport ou carte d’identité sécurisée

hamed

Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, a annoncé, mardi après-midi, en conférence de presse, que l’entrée sur le territoire ivoirien se fera avec un document d’identification fiable tel que la carte d’identité et le passeport biométrique.

Aux côtés du Procureur de la République, Richard Chritophe Adou, le ministre a annoncé de nouvelles mesures telles le renforcement de la sécurité, la sensibilisation, la formation, le renforcement de la surveillance au niveau des frontières, à la suite de l’attaque terroriste de Grand-Bassam qui a fait 19 morts et 24 blessés.

« La Côte d’Ivoire ne laissera pas rentrer sur son territoire, une personne si elle n’a pas un document fiable (biométrique)», a fait savoir le ministre d’Etat Hamed Bakayoko qui s’exprimait sur les avancées de l’enquête relative au premier attentat terroriste de l’histoire de la Côte d’Ivoire.

Si cette attaque était redoutée mais a pu se produire, ce n’est pas faute d’avoir pris des précautions, a souligné le Ministre d’Etat Hamed Bakayoko, indiquant que le risque zéro en la matière était impossible.

« C’est une nébuleuse(…) une menace invisible », a reconnu le premier flic du pays. Dans le même temps, la Côte d’Ivoire a activé le code rouge de son Plan d’action contre le terrorisme.

Environ 10 000 membres des forces de sécurité seront à terme déployés sur tout le territoire national. Et au moins 290 hommes en civils surveilleront des sites sensibles.

Sur la question d’éventuels abus des forces de sécurité dans l’exécution des contrôles dans un tel contexte, Hamed Bakayoko a rassuré. « Nous avons un seuil de tolérance Zéro avec nos agents », a-t-il insisté.

Les deux conférenciers ont par ailleurs mis en lumière le soutien qu’apportent certains pays amis comme la France et les Etats-Unis dans les réalisation de certaines expertises nécessaires à la manifestation de la vérité.

Sur l’avancement de l’enquête, le procureur a indiqué qu’à ce jour, quinze personnes ont été interpellées. Poursuivant, e ministre a annoncé le lancement d’un “avis de recherche contre Kounta Dallah”, qui “semble avoir organisé et fait exécuter tout ce qui s’est passé à Bassam”, sans révéler sa nationalité.

Ahopol

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment