01182020Headline:

Côte d’Ivoire / les « escadrons de la mort » visitent les responsables de GPS : Soro Guillaume dans une grosse colère

Le Comité d’Orientation et de Coordination de GPS appelle ses militants à la vigilance et la mobilisation pour la victoire de Soro à la présidentielle.
Le lundi 23 décembre 2019, restera assurément un jour sombre dans l’histoire de la démocratie dans notre pays.

En effet, au terme d’un séjour de six mois dans plusieurs pays africains et européens, Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, Président du mouvement Générations et Peuples Solidaires (GPS) et candidat déclaré à l’élection présidentielle d’octobre 2020, a décidé de regagner la Côte d’Ivoire.

GPS ainsi que l’ensemble des partis politiques et des mouvements qui lui sont proches, ont donc convenu, avec l’accord des autorités compétentes, d’offrir à leur leader un accueil à la hauteur de son rang.

Cependant, force a été de constater qu’au moment où les militants convergeaient vers l’aéroport international Félix Houphouët-Boigny et vers la résidence de leur leader, sise à Marcory résidentiel, pour son accueil, un impressionnant détachement d’agents des forces de l’ordre a empêché l’accès de ces lieux, avant de procéder à l’arrestation de plusieurs d’entre eux.

Au même moment, le jet privé qui transportait le Président de Générations et Peuples Solidaires, a été empêché d’atterrir à Abidjan GATL, contraignant le pilote à un déroutage de l’avion à Accra, la capitale ghanéenne. Dans la foulée, et au plus grand étonnement de tous, un mandat d’arrêt international est émis par les autorités ivoiriennes à l’encontre du Président Guillaume Kigbafori SORO.

Par la suite, le siège de Générations et Peuples Solidaires, où s’étaient rassemblés les militants du Mouvement en vue d’assister à la conférence de presse qui s’y tenait pour éclairer l’opinion nationale et internationale sur la situation, a été pris d’assaut par de nombreux hommes armés et encagoulés qui ont violemment brutalisé les militants, fait usage de gaz lacrymogènes, escaladé la clôture et défoncé les portes des bureaux.

Les conséquences de cette répression que rien ne saurait expliquer, ni justifier sont nombreuses :

​​- Plusieurs militants ont été arrêtés et sont encore détenus à la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan ou ailleurs, au nombre desquels figurent cinq députés, trois responsables de partis et mouvements politiques, des élus locaux, un frère cadet du Président de GPS ainsi que plusieurs autres militants et sympathisants de GPS et des partis et mouvements politiques qui lui sont proches ;

– Le Commissaire de Police SORO Porlo Rigobert, frère cadet du Président de GPS qui s’est rendu à la DST, sur convocation, est porté disparu jusqu’à ce jour ;
​​- Plusieurs militants et sympathisants ont été blessés à l’issue de cet assaut brutal et violent d’hommes en armes encagoulés au siège du mouvement Générations et Peuples Solidaires ;
​​- Le siège de GPS a été saccagé et tout le matériel informatique et bureautique a été emporté ;
​​- Le siège de GPS ainsi que la résidence du Président Guillaume Kigbafori SORO ont été fermés et placés, depuis lors, sous haute surveillance policière, au mépris de la liberté d’association, de réunion et du droit de propriété pourtant garantis par la constitution ;

– Les domiciles de plusieurs responsables de GPS et de certains mouvements de soutien ont été pris d’assaut par des hommes armés encagoulés, les contraignant ainsi à abandonner leurs familles et à s’exiler, pour certains, dans des pays étrangers ;
– Des perquisitions continuent d’être perpétrées aux domiciles de plusieurs responsables de GPS, des partis et mouvements qui lui sont proches et cela en leur absence et en l’absence de leurs représentants.

– Le Président du mouvement est depuis lors interdit de regagner son pays en vue de participer à la vie politique comme le souhaitent ses militants dans le cadre de la préparation de l’élection présidentielle d’octobre 2020.
Le Comité d’Orientation et de Coordination (COC) de Générations et Peuples Solidaires réunit ce jour :

​​- Condamne avec la dernière énergie cette répression sauvage et cette énième violation grave des libertés et des droits dont sont victimes ses adhérents, les militants des partis et mouvements politiques qui lui sont proches ;
​​- Remercie les partis politiques et organisations de défense des droits de l’homme qui ont manifesté leur indignation face à cette barbarie digne d’une autre époque et marqué leur soutien ;

– Exprime son soutien indéfectible et sans faille à Monsieur Guillaume Kigbafori SORO, Président de GPS, et l’encourage à poursuivre, sans relâche, ses actions de réconciliation des ivoiriens et de conquête, par les voies pacifiques, du pouvoir d’Etat tel qu’il s’y est engagé ;
​​- Exige la levée pure et simple du mandat d’arrêt international injustement émis à l’encontre du Président de GPS, et cela en violation de toutes les procédures en la matière et des immunités dont il jouit ;

– Condamne les arrestations injustes et arbitraires de plusieurs Députés, en violation de leur immunité, ainsi que des responsables de partis politiques, d’élus locaux et de plusieurs militants par le régime autoritaire d’Alassane OUATTARA qui rallonge ainsi la liste déjà très longue des prisonniers politiques dans notre pays ;
​​- Exprime son soutien aux personnes détenues ainsi qu’à leurs familles respectives ;
​​- Appelle à leur libération immédiate et sans condition ;
​​- S’insurge contre la résurgence des tristement célèbres « escadrons de la mort » qui, nuitamment, visitent les responsables de GPS et des partis et mouvements politiques qui lui sont proches ;

​​- Condamne le silence coupable de la Commission Nationale des Droits de l’Hommes de Côte d’Ivoire qui ne semble nullement se sentir interpellée par ces violations graves des droits des citoyens ivoiriens ;
​​- Exige la libération du siège de Générations et Peuples Solidaires, mouvement légalement constitué et déclaré pour lui permettre d’exercer pleinement ses droits tels que garantis par la Constitutions et les lois en vigueur ;
​​- Dénonce avec véhémence l’instrumentalisation du Pouvoir Judiciaire par le Pouvoir Exécutif ;
​​- Interpelle la communauté internationale et principalement les chancelleries présentes en Côte d’Ivoire face à la volonté du Régime totalitaire de Monsieur Alassane OUATTARA de fouler aux pieds les acquis démocratiques, cela dans la seule intention de confisquer le pouvoir d’Etat en muselant, par tous les moyens, l’opposition ;

​- Prend acte de la décision du Président du mouvement de créer une Délégation officielle de GPS en Europe et s’engage à travailler étroitement avec elle pour structurer la résistance pacifique du peuple ivoirien contre la dictature rampante du RHDP. Enfin, le Comité d’Orientation et de Coordination appelle les militants à demeurer vigilants et ne point se laisser décourager par ces tentatives d’intimidation du régime en place qui entend les détourner de l’objectif véritable, à savoir, la mobilisation des populations en vue de la victoire du Président Guillaume Kigbafori SORO aux prochaines élections présidentielles. Dans cette perspective, il les invite à poursuivre, sans relâche, les activités de terrain, notamment le recrutement massif des nouveaux adhérents en vue d’atteindre et de dépasser bientôt la barre des 100 000 membres.

Avec Yeclo

Comments

comments

What Next?

Related Articles

Leave a Reply

Submit Comment