05282020Headline:

Côte d’Ivoire : Les raisons du divorce du président Ouattara d’avec le juge constitutionnel Francis Wodié

Face au Grand Maitre du Droit Francis Wangah Wodié, le Président Ouattara croyait-il avoir à faire à un de ces juges falots, malléables et corvéables à volonté ? Le témoignage suivant de l’ex Président du Conseil Constitutionnel permet de mieux comprendre les forfaitures et aberrations judiciaires à nous servies au quotidien par des juges veules et vénaux.
Et surtout la leçon à retenir est que pour collaborer avec l’homme fort d’Abidjan, il faut être un larbin. C’est dire tout l’opposé de personnalités fortes, intègres et dignes comme Guillaume Soro, Amon-Tanoh Marcel ou Francis Wodié. Suivons ensemble le témoignage du dernier cité dans son ouvrage intitulé “ Le Conseil constitutionnel : 2010-2015, regards croisés” :

« (…) À l’occasion de la réunion hebdomadaire du mardi 13 janvier 2015, je fus convoqué et reçu par le Président de la République, le jeudi 8 janvier 2015, pour m’intimer l’ordre à brûle-pourpoint, de signer la décision. Quoi ? Monsieur le Président, me suis-je exclamé.
J’étais abasourdi lorsque je m’entendis à nouveau ordonner de signer.
La coupe était pleine, et je ne pouvais pas boire le calice jusqu’à la lie (…) Le Président de la République, peut-être en raison du pouvoir de nomination qui est le sien, se plaçait ainsi fort malencontreusement, dans la position d’un supérieur hiérarchique, ayant pouvoir pour donner des instructions et adresser des injonctions aux membres du Conseil Constitutionnel. En l’espèce, à un Président du Conseil Constitutionnel. Ce qui est inacceptable (…) Bien sûr ! Je ne pouvais pas signer un tel acte. Et je ne l’ai pas signé. Signer un tel acte ou tout autre, c’est commettre une triple violation et comme un triple parjure. À savoir, violation de la Constitution, violation du serment ainsi que la violation du devoir et de ma propre conscience. Pour ne pas manquer aux devoirs de ma charge et pour rester en accord avec moi-même, j’ai donc pris la décision, en mon âme et conscience de remettre ma lettre de démission, déjà prête, au Président de la République ».

AbidjanTV

Comments

comments

What Next?

Recent Articles