03272017Headline:

Côte d’Ivoire-Les secrets de la visite de Mohammed VI, à Abidjan; Gbagbo ”chef” à la Haye

le roi mohamed

Les secrets de la visite du Maroc

Le Roi Mohammed VI du Royaume du Maroc est en Côte d’Ivoire depuis samedi dernier. Il aura un tête-à-tête ce jour avec le Président Ouattara, informe Fraternité Matin qui barre à la Une, que dans le cadre de la coopération Côte d’Ivoire-Maroc « de nouveaux accords bilatéraux seront signés » aujourd’hui. Le quotidien affirme que lors de ce huis-clos, les deux personnalités feront le tour d’horizon de la coopération entre leurs deux pays et parleront notamment des questions brulantes de l’actualité, probablement la question des migrants qui tentent de rejoindre l’Europe, et les crises en Afrique et dans le reste du monde. Après ce huis-clos, les échanges seront ouverts aux membres des gouvernements des deux pays. Puis suivra la signature de plusieurs accords, fait savoir le journal.

A la Une, Le Patriote présente la maquette de l’aménagement de la baie de Cocody. « Voici la 2ème merveille de Ouattara ». Selon le quotidien, c’est un projet marocain de 127 milliards. « Abidjan va redevenir la perle des Lagunes. En effet, par la volonté du chef de l’État, la capitale économique va retrouver son lustre d’antan avec l’exploitation de la baie de Cococdy. Une décision mûrie par le Président Alassane Ouattara et adoptée en Conseil des ministres du 11 mars 2015 », écrit-il. A ce sujet, lors de sa visite au Maroc en janvier dernier, le chef de l’État ivoirien a signé deux mémorandum d’entente avec le Maroc en vue de faire bénéficier la Côte d’Ivoire de l’expertise marocaine en matière d’aménagement urbain et dépollution lagunaire.

Quant à Nord-Sud Quotidien, il met en exergue « les grands rendez-vous de Mohammed VI » parlant du « Roi stabilisateur ». Il s’agit d’un livre écrit par le Pr. Jean-Claude Martinez. « Une chance pour la méditerranée, un môle de stabilité, un mircale pour son royaume, amortisseur des chocs politiques et paratonnerre des orages », ainsi l’auteur fait l’éloge du Roi du Maroc. Aussi écrira t-il « il est en effet le seul à pouvoir veiller sur le sud pour rassurer très loin jusqu’au nord ».

70e anniversaire de Gbagbo

L’ex-chef d’État ivoirien Laurent Gbagbo, incarcéré à La Haye en attente de son jugement à la CPI, a eu 70 ans, le dimanche 31 mai 2015. Son anniversaire a été célébré avec faste par ses amis, ses partisans, ses sympathisants et même ses co-détenus, informe la presse. « Anniversaire à La Haye. Comment Gbagbo a fêté ses 70 ans », titre à la Une Notre Voie. Le journal fait savoir qu’une foule d’Ivoiriens et d’Africains s’est présentée devant la prison de Scheveningen pour célébrer l’ex-président. A cette occasion, Charles Blé Goudé, lui aussi détenu dans cette même prison, a adressé un courrier « émouvant » : « …Un passage sur terre plein de peines, de douleurs et de privations. Mais un passage surtout plein de valeurs, d’expérience et d’enseignements. Aux coups durs de la vie, vous avez survécu au point où le nom Gbagbo Laurent se confond avec l’histoire de la Côte d’Ivoire et celle de l’Afrique… ». Ce dernier a, au nom de tous les co-détenus, remis un présent à Gbagbo.

Lg Infos aussi raconte « comment Gbagbo a vécu l’évènement ». Il note qu’il y a eu de l’émotion, de la joie, des chants et des danses à La Haye. Le mouvement ”Solidarité pour Laurent Gbagbo” a rendu hommage au Woody de Mama en écrivant « …heureux donc qui, comme toi, est libre même détenu, parce qu’en harmonie avec toi-même et ton peuple ». A la Une, Le Quotidien d’Abidjan informe qu’a l’occasion de son anniversaire, Laurent Gbagbo a rassuré : « Je suis confiant et déterminé ».

Politique nationale

A quelques mois de l’élection présidentielle, la classe politique ivoirienne bouillonne. Il ne passe plus une semaine sans qu’une manifestation d’envergure soit organisée. Dans ce sens, une cérémonie de soutien au président ivoirien dans le Moronou a été organisée selon Le Mandat. « Présidentielle d’octobre : Moronou-Ado : le grand deal », barre le journal à sa Une. « M. Ouattara est le candidat du Moronou à la présidentielle d’octobre. Le week-end, les populations l’ont indiqué à l’espace EPP Dimbokro. Le Premier ministre Kablan Duncan, parrain du rassemblement a salué l’acte », indique le quotidien.

Du côté des opposants du président ivoirien, on n’est pas en reste. La Coalition nationale pour le changement (CNC) a décidé d’investir le terrain. « Meeting de la Coalition, le week-end dernier : Béchio se déchaîne à Abobo », titre Le Temps à sa Une. « La CNC va accéder au pouvoir d’Etat dans des conditions démocratiques. Afin de redonner espoir aux Ivoiriens. L’essentiel pour nous est d’avoir un dénominateur commun : chasser Ouattara du pouvoir. Chacun doit prendre ses responsabilités », a déclaré Jean Jacques Béchio, selon le quotidien proche de l’opposition.

Au sujet de la fraude sur la Carte nationale d’identité, Pascal Affi N’guessan, président de l’autre tendance du FPI « se déchaîne contre Ouattara », fait savoir l’Inter. Il est question des 500 mille cartes d’identité retrouvées sur une dame Cissé Maimouna, que plus tard la police réduira seulement à 196 cartes découvertes. Affi affirme que « à l’évidence, ces cas de fraudes constatés et les manoeuvres du gouvernement cachent mal l’intention clairement affichée du régime Ouattara de se constituer un bétail électoral. »

Outre ces élections, le paysage politique est également marqué par la crise au sein du Front populaire ivoirien (FPI). Celle-ci a connu un nouvel épisode lors des funérailles de la mère de Sangaré Abou Drahamane. « Partis présenter des condoléances : des partisans d’Affi cassent tout chez Sangaré », écrit en manchette le journal. « Les partisans d’Affi N’Guessan se sont maladroitement illustrés hier au domicile de Sangaré Aboudrahamane. Partis selon eux, présenter les condoléances à celui-ci qui a perdu sa génitrice, une horde de jeunes accompagnant Pascal Affi N’Guessan a voulu forcer l’entrée du domicile de M. Sangaré », relate le quotidien.

Cette version est battue en brèche par Notre Voie. Selon le journal, la violence serait plutôt venue du camp Sangaré. « Obsèques de la mère des Sangaré : Affi empêché de présenter ses condoléances », titre le journal. « Pascal Affi N’Guessan, président du FPI a été empêché hier de présenter ses condoléances aux frères Sangaré dont la mère est décédée il y a environ un mois », fait savoir le quotidien.

linfodrome.com

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment