10212017Headline:

Cote d’Ivoire: Les temps sont mauvais pour les Ivoiriens!

ouattara bas sassandra

Ce n’est un secret  pour personne; en Côte d’Ivoire, la qualité de la vie s’est dégradée et a fondue comme une barre de glace au soleil. La grogne s’est généralisée. Même des fervents supporters d’Ado sont déçus de lui. Ils ont compris que la gouvernance du pays a échappé à leur mentor. Dramane ne se retrouve plus. Il ne contrôle plus rien dans le pays. Il a visiblement perdu le gouvernail du navire qui va droit vers l’iceberg. Depuis sa prise du pouvoir, ce sont des promesses vagues et des œuvres qui ne profitent pas au bien-être des Ivoiriens qui occupent la vie politique en Côte d’Ivoire: les ponts à péage, la croissance à 2 chiffres par-ci, l’émergence en 2020 par-là, la sécurité semblable à celle de New York ou d’Allemagne… Toutes ces clameurs n’ont rien apporté de concret aux Ivoiriens en terme de sécurité de l’emploi, de la cherté de la vie, de droit aux soins médicaux et de non-respect des engagements pris vis-à-vis des travailleurs et entrepreneurs Ivoiriens.

En Côte d’Ivoire, en plus des effets directs liés à la mauvaise gouvernance, la famine a atteint un niveau alarmant. Les paysans qui ont toujours nourris la population ne se retrouvent plus. La plupart de leurs plantations ayant été confisquées par les dozos de Dramane Ouattara, les produits vivriers en ont été affectés, ce qui expliquerait leur prix exorbitants sur les marchés et ne sont plus à la portée de nos concitoyens qui sont pour la plupart au chômage.

Depuis six ans de gouvernance du régime de rattrapage, les Ivoiriens continuent de se demander pourquoi Dramane fait-il de la libération des prisonniers politiques, du retour des exilés et de la rétrocession des biens confisqués des Ivoiriens, le dernier de ses préoccupations? Dramane a beau tenter de couvrir la dégradation de la vie sociale en Côte d’Ivoire par de grands discours mais la réalité est là, indéniable. Les Ivoiriens et les Ivoiriennes ressentent les effets de la gouvernance Ouattara car les affrontements continuent entre les populations et ses forces armées partout dans le pays.

Lorsque dans une nation, les richesses du pays ne profitent seulement qu’aux étrangers en guise de butin de guerre, pendant que les autochtones sont exclus, que nombreux sont devenus des déplacés et prisonniers dans leur propre pays, alors que d’autres sont massacrés ou contraints à l’exil, il y a un réel problème dans ce pays. Le peuple Ivoirien, en dehors de ces «nouveaux ivoiriens»,  vit et sent les affres de la pauvreté et de la galère quotidienne. Le dire pour tirer la sonnette d’alarme n’est pas un crime. Vouloir arrêter, emprisonner ou suspendre des individus qui écrivent à la une de leurs journaux: «PRESIDENT, LA SITUATION EST VRAIMENT GRAVE,» pour simplement émettre leur cri de cœur, ne changera en rien les effets de cette réalité.

En effet, la liste des évènements contribuant à ce malaise social est longue et non exhaustive. Les Ivoiriens se demandent aujourd’hui ou va leur pays car celui qui est aux commandes du navire Ivoire, dit ne pas être informé de ce que vivent ses compatriotes et de ce que font les membres de son gouvernement.  Il peut le dire pour se dédouaner ou se couvrir mais pour les Ivoiriens, ce sont des signes probants qui expliqueraient peut-être:

  • Une incompétence
  • Une mauvaise foi, ou alors
  • ce n’est peut-être pas lui qui dirige en réalité la Côte d’Ivoire

Des Ivoiriens croupissent en prison sans motif apparent, sans jugement, certains sont déjà morts, d’autres sont sur le point de mourir mais pour Dramane la Côte d’Ivoire avance. Cela est inacceptable!

Lorsque, feu le Président Felix-Houphouët-Boigny faisait la promotion de l’autosuffisance alimentaire, il n’avait pas compté sur les fonctionnaires mais sur les paysans et la terre qui leur était disponible. Ce sont ces deux éléments: (hommes et terre) qui ont fait que la croissance économique s’est générée et l’autosuffisance alimentaire a été une réalité en Côte d’Ivoire. Contrairement à la méthode Ouattara selon laquelle  la croissance économique et l’autosuffisance alimentaire se décident au FMI par Christine Lagarde, les Ivoiriens ne sont pas habitués à cette méthode. Dramane, l’élève assidu du FMI est venu imposer une autre culture et d’autres mœurs aux Ivoiriens.

Les Ivoiriens doivent sortir de ce cadre d’émergence forcée qui a conduit le pays dans un chaos duquel il sera difficile d’en sortir si rien n’est fait.

En Outre, sans la paix dans le pays, nul ne peut assurer la reconstruction de ce pays. Toute autre formule devient nulle et de nul effet car tout édifice durable se construit sur une fondation solide et non sur du sable mouvant.

Daman Laurent Adjehi

Auteur/Ecrivain

Edit. En Chef. www.ivoirenewsinfo.net-USA

 

 

 

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment