09232018Headline:

Côte d’Ivoire: L’UNG exige une reforme au sommet de la CEI

Mercredi 21 février 2018 -L’Union des Nouvelles Générations (UNG) exige une reforme de la Commission électorale indépendante (CEI), comme tous les autres partis politiques de l’opposition.
La Direction de cette formation politique créée par Stéphane Kipré a donné sa position ce jour au cours d’un point de presse qu’elle a animé à son siège à Yopougon.
«A l’instar de l’ensemble des partis d’opposition et différentes organisations de la société civile ivoirienne, l’UNG continue d’appeler à la reforme totale de cette CEI  afin de la rendre crédible, » a déclaré, le vice-Président de l’UNG, Paul Arnaud Bohui.
Il estime que, c’est en construisant la confiance autour de la CEI que la Côte d’Ivoire pourra aborder sereinement les échéances électorales municipales, sénatoriales et régionales et éviter le spectre d’une autre crise politique en 2020.
La formation politique de Stéphane Kipré dénonce la violation, par le régime, de la loi organique de 2014 portant reforme de la CEI et déplore un déséquilibre dans la composition de l’appareil de gestion électoral.
Elle craint que la majorité représentative de 52% des partis issus de la coalition au pouvoir fasse passer à la Commission toutes les décisions à l’avantage de ces derniers sans aucune possibilité de recours.
L’UNG exige par ailleurs, la révision de la liste électorale sur la base de celle de 2010, le départ de tous les membres de la CEI à commencer par son Président et propose une nouvelle composition de l’organe avec 21 membres, dont 17 ayant voix délibératives et 4 ayant voix consultatives ainsi qu’une nouvelle composition du bureau des Commissions locales à l’image de la Commission centrale.
L’UNG opte pour un leader religieux de consensus politique en lieu et place de Youssouf Bakayoko.
Elle suggère un nouveau découpage électoral et le choix de dates consensuelles pour la tenue des scrutins à venir ainsi que des garanties d’un environnement électoral sécurisé pour tous.
Le Parti de Stéphane Kipré, veut des mesures disciplinaires au sein des forces armées, le règlement efficace et définitif de la question des enfants microbes, la couverture sécuritaire des élections jusqu’aux proclamations des résultats définitifs.
«Nous exigeons au pouvoir Ouattara de tenir loin du processus tous les dozos. Car la présence de ces chasseurs traditionnels du nord est acquise à la cause du pouvoir et ne rassure ni les candidats ni les électeurs, » a ajouté, Paul Bohui invitant enfin le Gouvernement à un dialogue politique inclusif avec l’opposition.

Comments

comments

What Next?

Recent Articles

Leave a Reply

Submit Comment